Musée des Tissus : chefs-d’œuvre en péril

Sylvain Pretto Visite insolite

Trop peu connu, le musée des Tissus présente 4 500 ans d’histoire du textile avec une mission : conserver à Lyon la plus importante collection du monde, pour que les meilleurs exemples du passé puissent servir la création de demain. Un lieu unique menacé par les restrictions budgétaires.

Certains trésors sont bien cachés, mais pas inaccessibles. En franchissant le porche néo-classique de l’ancien hôtel particulier de Villeroy, rue de la Charité à Lyon, vous découvrirez ceux du trop discret Musée des Tissus. Il abrite des joyaux issus de siècles de créativité et de travail. Pas besoin d’être spécialiste en haute couture ou passionné de crochet pour tomber en arrêt devant les pièces exposées, qui font vibrer d‘émotion et voyager dans l’Histoire, particulièrement celle de la région. Ainsi, comment ne pas penser au Chant des canuts en voyant cette chasuble brodée d’or, tissée à Lyon en 1765 pour que les « grands de l’Eglise » puissent « chanter Veni Creator » comme l’écrira Aristide Bruant un siècle plus tard ? Même réminiscence dans le salon présentant les riches tentures qui marquaient les fastes de l’Empire, confectionnés pour les « grands de la terre » par les ouvriers en soie lyonnais.

Drôles de rencontres
Plus loin, des costumes et robes de cour du XVIIIe siècle, exposés sans mannequins, rappellent le film Le Bal des vampires, où valsent des danseurs invisibles… Retour vers le futur à l’étage, qui accueille la création contemporaine. Où l’on constate que l’évolution des techniques et des matériaux à enflammé la créativité des artistes. On parie que vous tomberez en arrêt devant ce Jacquard imprimé d’une incroyable Voie Lactée, créé par Céline Maurin et Jean-Luc Cochard en 2015 ? Ou devant le mystère des coloris sombres et luisants d’un rouleau où se mêlent dauphins et calligraphies, dessinés par la styliste Mary Katrantzou ? Ou devant les effets de matières de ce voilage gris argent créé en 2013 par Toyine Sellers pour Dior ? Si vous préférez le classique et la mythologie, installez-vous dans les fauteuils de velours et admirez les immenses panneaux de tapisserie représentant Les Métamorphoses d’Ovide, réalisées vers 1690 par la manufacture royale de Beauvais…
Pierre Verrier

De la démonstration du savoir-faire lyonnais…
Le musée des Tissus a été créé au milieu du XIXe siècle, à la suite de la première Exposition universelle, à Londres en 1851. Les soyeux qui s’y étaient rendus sont rentrés avec l’idée de fonder à Lyon un lieu d’exposition permanente d’échantillons et de dessins. Leur objectif : montrer le savoir-faire lyonnais et servir de source d’inspiration aux dessinateurs de la Fabrique (1). Ils se tournent alors vers la Chambre de Commerce de Lyon, qui installera en 1864 un musée d’Art et d’Industrie au sein du Palais du Commerce (l’actuelle Bourse), édifié par René Dardel en 1856.

… à la présentation d’un patrimoine universel
En août 1891, il prend le titre de « musée historique des Tissus », et ambitionne de constituer la plus importante collection de textiles du monde. Mission accomplie,avec près de 2,5 millions de pièces à ce jour. Le fonds couvre 4 500 ans de production textile, allant de l’Égypte pharaonique à nos jours, du Japon aux Amériques, en passant par la Chine, l’Orient, l’Italie ou les Pays-Bas ! Le musée abrite également le Centre international d’étude des textiles anciens et deux ateliers de restauration des textiles. En 1950, le musée des Tissus s’est installé dans l’ancien hôtel de Villeroy, près de la rue des Remparts d’Ainay, en compagnie du musée des Arts décoratifs, lui aussi géré par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Lyon.
Pierre Verrier MTMAD
Des ateliers pour tous les goûts
Loin d’être figé, le musée accueille de nombreux événements. Pour les adultes, il propose des journées de découverte autour de la broderie et de la création textile. Les ados peuvent suivre des cours de stylisme animés par des professionnels, deux heures par mois toute l’année. Même les tout petits (2-4 ans) et leur famille sont les bienvenus : chasse aux doudous, exploration des formes, des motifs et des couleurs dans le musée, atelier de création avec tissus, peintures, paillettes, plumes et pompons… La preuve qu’il n’est jamais trop tôt pour tisser des liens d’amitié avec ce musée unique !

L'atelier stylisme pour les ados. Photo MTMAD Sylvain Pretto

Un lieu mythique en danger
Malgré son immense intérêt et son rayonnement international, le musée des Tissus fermera-t-il ses portes le mois prochain ? Faute d’une décision rapide pour assurer son financement, c’est fort possible. Propriétaire du musée, la CCI de Lyon « n’a plus les moyens d’assurer seule son avenir, estime son président, Emmanuel Imberton. En 2015, sur un budget de 2,5 millions d’euros, nous en avons consacré 1,7 au musée. Or, le gouvernement a décidé de diminuer les ressources fiscales de la chambre consulaire de plus de 38 % en 3 ans. En 2016, nous devrons faire une économie de 3 millions d’euros sur nos frais de fonctionnement ». Sollicités, l’Etat et les collectivités locales ne semblent pas pressées d’y investir, pas plus que la Métropole, refroidie par les coûts supplémentaires qu’elle doit assumer après avoir hérité du Musée des confluences et du Musée gallo-romain. Une pétition pour « Dire non à la fermeture du musée des Tissus de Lyon » (en ligne sur change.org) a récolté près de 90 000 signatures de plus de 50 pays.

(1) La Fabrique est le nom donné à Lyon au secteur d’activité qui comprend toutes les étapes de la fabrication et de la vente d’un tissu à partir de la soie grège : filature, création d’un motif, tissage, apprêt, commercialisation.

MTMAD Pierre Verrier

Musée des Tissus et musée des Arts décoratifs
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h30
34, rue de la Charité, 69002 Lyon
04 78 38 42 00
www.mtmad.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *