Fêtes escales : dimanche, on laisse les mains sur les anches

Ukandanz 140808 © Eric Legret

 

Dimanche, le festival Fêtes escales commencera par l’inauguration de la fresque de Bruce Clarke, premier plasticien en résidence artistique à Vénissieux. À 18 heures, à l’angle de l’avenue Pierre-Semard et de la rue Eugène-Maréchal, le peintre présentera son œuvre en présence de l’équipe municipale avant de repartir au parc Louis-Dupic, où seront exposées ses maquettes pour le projet vénissian. Une rencontre est prévue avec l’artiste, autour du livre d’entretiens avec Michèle Picard qu’il a illustré et qui est publié à La passe du vent. La musique sera ensuite à nouveau à l’honneur pour la soirée Cultures urbaines.

Dès 19 heures, un tremplin de danse réservé aux amateurs et organisé par le groupe vénissian La Stuera permettra de faire le plein d’énergie. À 20 heures, les Stéphanois de MnMs nous balanceront un petit rap électro pas piqué des vers, avec ce qu’il faut de guitares saturées et de scratch. Puis, à 21 heures, place à Ukandanz, qu’il faut comprendre « You can dance », « vous pouvez danser ». Ce qu’on ne se privera pas de faire, grâce à ce mélange de groove et de rock et, surtout, grâce au son du saxo et à la voix d’Asnake Guebreyes. Ce musicien éthiopien met réellement le feu ! Baptisez cette musique comme vous le voulez, ethno-jazz-rock-éthiobeat… peu importe, l’important est qu’elle vous mette des fourmis dans les jambes.

Enfin, à 22h30, Deluxe est un peu de tout ce qui précède et d’autres influences encore. Jazz, hip-hop et funky font bon ménage, agrémentée par la voix de Lili Boy qui, malgré son nom, n’a vraiment rien d’un garçon. Il y aura de la grâce dans l’air et également de la moustache, puisque les musiciens en portent tous une et qu’elle est la marque de fabrique et le symbole de Deluxe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *