ASM : Salem Trabelsi, l’après Paille

– Salem Trabelsi, après le départ de Stéphane Paille en Algérie, on ne s’attendait pas forcément à une solution interne. Est-ce que vous, vous y attendiez ?
– Un peu ! Vu le contexte économique du club, la nouvelle équipe de dirigeants n’allait pas tout chambouler. Et faire appel en cours de saison à un entraîneur extérieur au club était loin d’être évident. On est donc dans la logique.

– Paille avait réussi à bâtir un groupe tourné vers le jeu, le beau jeu même, autour d’un projet sportif cohérent. Vous vous placez aussi dans cette continuité ?
– J’étais déjà à ses côtés quand Stéphane Paille a annoncé ses choix et son projet. On a bossé ensemble, je n’étais pas un faire-valoir. Donc, il est évident que je vais assurer le changement dans la continuité… On garde cet esprit d’équipe conquérante, décidée à produire du jeu et à s’imposer.

– Avec les mêmes objectifs que ceux annoncés en début de championnat ?
– En effet. Tout le monde sait que l’on veut monter. Le discours ne va pas être différent, alors que l’ASM fait partie des quatre équipes encore concernées par l’accession en CFA 2.

– Le dernier match de championnat remonte au 14 décembre, avec le succès de l’ASM sur Montélimar, 4-0. Que s’est-il donc passé depuis ?
– Repos, entraînements, matchs amicaux et ce match de coupe de Rhône-Alpes perdu devant Rhône Vallée. Deux joueurs sont partis (Mertani à Dubaï et Aoudia en Australie). Notre attaquant Nabi Touré s’est fait une méchante blessure. Il devrait être opérationnel dans trois semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *