Fusion des listes PCF et PS : après l'heure, c'est trop tard

election 97La liste « Avec Michèle Picard, rassembler les Vénissians – tenir le cap à gauche » a été déposée à la préfecture sous les coups de 14 heures. Elle est à l’identique de celle pour laquelle ont voté 3 763 électeurs, dimanche dernier, permettant au maire sortant de recueillir 30,72% des suffrages exprimés. Il n’y a donc pas eu d’accord avec la liste conduite par Lotfi Ben Khelifa, « Ensemble pour Vénissieux » (1 934 voix ; 15,79%).

À la table des discussions engagées lundi après-midi : d’une part Serge Truscello et Marie-Christine Burricand avec Michèle Picard (pour les partenaires PCF, Europe Écologie Les Verts, Parti de gauche, Mouvement républicain et citoyen) ; et d’autre part Bernard Rivalta et Lotfi Ben Khelifa (pour la liste PS/PRG/MoDem).

S’appuyant sur les résultats du premier tour des élections municipales, Serge Truscello a fait la proposition aux socialistes d’avoir six candidats en position éligible, dont trois adjoints au maire et un conseiller communautaire. Le PS de son côté demandait à peser pour un tiers dans la future majorité — autrement dit, à avoir 12 candidats en position éligible dans les 36 premiers. Ils portaient aussi l’exigence d’avoir un conseiller communautaire, siège bien évidemment dévolu à Bernard Rivalta, président sortant du Sytral.

Trop gourmands, ont estimé les négociateurs côté PCF. « Nous leur avons dit aussi qu’il était hors de question que le MoDem figure parmi les colistiers amenés par les socialistes, sans obtenir de leur part un engagement  à ce sujet », précise Serge Truscello.

Plus tard dans la soirée, nouvelle discussion. Le PCF proposait alors au PS de passer à 8 ou 9 candidats en position éligible, le PS s’en tenant à sa proposition 2/3, 1/3.

Une ultime négociation a eu lieu mardi en fin de matinée, au cours de laquelle le PS a réduit ses prétentions à 8 ou 9 sièges. Trop tard. « On n’avait plus le temps de réunir nos partenaires et de refondre la liste. On avait dit qu’on la déposerait à 14 heures, et à 14 heures on était à la préfecture. »

On se dirige donc vers une quadrangulaire à Vénissieux, dimanche :

« Avec Michèle Picard, rassembler les Vénissians – tenir le cap à gauche » (Michèle Picard)

« Ensemble pour Vénissieux » (Lotfi Ben Khelifa)

« Osons le bon sens pour Vénissieux » (Christophe Girard)

« Vénissieux fait front » (Yvan Benedetti)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *