Reconstruction du CNI : les conseillers généraux vénissians “très étonnés” des propos de Jacqueline Vottero

Pour Jacqueline Vottero, conseillère générale socialiste de Saint-Fons, la décision du Département de ne pas participer au financement serait due à une maladresse du comité syndical du centre nautique, qui aurait mal formulé sa demande de subvention. Marie-Christine Burricand et Christian Falconnet, les élus communistes de Vénissieux, réagissent : “Il ne s’agit pas d’un problème technique mais bien d’une affaire politique”.

Dans son édition du mercredi 22 janvier, le journal “Le Progrès” revenait sur les problèmes de financement du chantier de reconstruction du centre nautique intercommunal de Vénissieux, Lyon, Saint-Fons. La décision du Conseil général du Rhône de ne pas verser sa quote-part (environ 2 millions d’euros), est en effet vivement contestée. Le comité syndical du CNI a pris l’initiative d’une pétition. Et le maire de Vénissieux, Michèle Picard, a lancé un appel à la mobilisation pour dénoncer une décision “inadmissible” et “incompréhensible”. Il faut dire que l’argument avancé par le Département — la mise en place de la Métropole en janvier 2015 qui induit un retrait du Conseil général du territoire du Grand Lyon — ne manque pas de surprendre.
Mais selon Jacqueline Vottero, interviewée par notre confrère Hervé Pupier, l’explication est tout autre. L’élue saint-foniarde estime que le comité syndical du CNI s’y est mal pris dans sa demande de financement. Elle parle d’erreur “stratégique”.
Les conseillers généraux communistes vénissians Marie-Christine Burricand et Christian Falconnet, les premiers à avoir dénoncé la défection du Département dans ce dossier, n’ont pas tardé à réagir. “Nous sommes très étonnés des propos tenus par Jacqueline Vottero, écrivent-ils. Pour nous, il ne s’agit pas d’un problème technique mais bien d’une affaire politique”. Et ils en veulent pour preuve que “l’argumentation développée par Danièle Chuzeville, la présidente du Conseil général [pour expliquer son refus de financer], ne dit pas un mot sur l’aspect technique du dossier mais prend par contre le prétexte politique de la mise en place de la Métropole.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *