Mory Ducros : le couperet tombera le 23 janvier

Le site de Vénissieux de Mory Ducros qui emploie 160 personnes va-t-il fermer ? À moins que le couperet ne tombe sur celui de Saint-Priest (110 salariés), situé à quelques encablures, dans la zone industrielle intercommunale. Une certitude : les salariés et les syndicats s’attendent à des coupes claires dans les effectifs.
Le transporteur de colis a été placé en redressement judiciaire fin novembre après un dépôt de bilan. Quatre offres de reprise sont parvenues au tribunal de commerce de Pantoise. La plus importante, la seule qui couvre l’ensemble de la société, émane d’Arcole Industries, qui n’est autre que l’actuel propriétaire du groupe ! Outre les doutes qui peuvent peser sur la légalité de la démarche, c’est le périmètre de l’offre de reprise qui inquiète : Arcole veut conserver 43 agences sur 85, soit environ 1900 emplois sur un effectif global de 5000 personnes en France.
En réaction, les sites de Vénissieux et Saint-Priest ont été bloqués. Des salariés, soutenus par les syndicats CGT et CFDT, ont empêché tout camion de sortir du 10 au 13 janvier. Arcole Industries avait annoncé qu’il donnerait le détail de son plan de reprise le mercredi 15. Mais l’information a été repoussée à ce jeudi 23 janvier. “Il est clair qu’ils ne garderont pas deux sites distants de quelques centaines de mètres”, pronostiquait un salarié de la plateforme de la rue Eugène-Hénaff. “Et je crains que ce soit Vénissieux, ajoutait un ancien. Ici nous avons une tradition de résistance, ça ne leur plaît pas.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *