Les Fêtes escales, c'est parti !

Dans le parc Louis-Dupic, ce 11 juillet, une petite foule s’amasse autour d’un groupe vêtu de t-shirts customisés : les rouges ont des instruments de percussions, ce sont les musiciens menés par Daniel Mirabeau et Miguel Olmo Hernandez ; les jaunes restent à côté, ce sont les chanteurs. D’un geste, Sandrine Desmurs lancera les chants.Cette escale cubaine, interprétée par les trois artistes et des Vénissians de tous âges, ne ressemble pas à la musique de l’île que l’on a l’habitude d’entendre. Ici, point de « Guantanamera » ou de « Comandante Che Guevara » mais des mélodies lancinantes rehaussées par la corneta ou « trompette chinoise » de Daniel Mirabeau. Quelques percussionnistes abandonnent parfois leurs instruments pour se saisir d’un tube en PVC dans lequel ils soufflent. Emmanuel Coustère, jeune retraité de la direction culturelle à la mairie, les appelle « didgeridoo », du nom de la trompe aborigène, et Rosa, qui vient d’utiliser l’instrument, ajoute en riant qu’il émet des barrissements d’éléphant.
« On n’entendait pas bien les voix, remarque Sandrine Desmurs à l’issue de ce rendu des ateliers Fêtes escales. L’important, c’est le chemin parcouru : les participants se sont vraiment amusés à préparer tout cela. » Daniel Mirabeau tient le même discours en insistant sur ce qui s’est passé en amont. Il conclut : « Je suis content qu’on ait pu faire ce rendu devant un public, dans le cadre du festival. »
Enseignant de MAO (musique assistée par ordinateur) à l’école de musique Jean-Wiener (comme l’est aussi Sandrine Desmurs), Bonaventure Yengué Yengué prend la succession. Sur ses platines et sous le nom de Planète sauvage, il mixe et le résultat est funky, groovy, bref fait plaisir à entendre. Mais ces sons qui prendraient tout leur sens sur une plage d’Ibiza à l’occasion d’un after ou d’un before, devant une assistance venue pour danser, perd un peu son sens dans le parc et c’est dommage. Cet after-atelier et before-Mazalda surprend : quelques-uns dansent puis, voyant que le reste de l’assemblée ne suit pas, abandonnent. Cette belle nuit sonore qui commence à tomber ne trouve pas sa place.


Sur la petite scène du parc, couronnée d’une série de trompes, le groupe suivant, Mazalda, prend place, précédé de la réputation de « machine de fête psychédélique« . C’est en tout cas ainsi que la formation se présente. En fait, on a du mal à définir ce qu’on entend : c’est parfois de la musique orientale, baignée de jazz. C’est expérimental, prend des allures planantes, reprend un tempo rock. L’ensemble est tout à la fois étrange et envoûtant. Chaque nouveau titre nous entraîne dans une ambiance sonore différente, sous la lumière de la caravane haut perchée de Benedetto Bufalino, l’artiste lyonnais chargé de décorer plastiquement le parc.
Ce premier jour des Fêtes escales s’est concentré sur la petite scène, laissant sa grande sœur inoccupée. Qui dit petite scène dit petite audience, comme si l’on avait voulu démarrer le festival en mode mineur, pianissimo, avant d’attaquer le crescendo dans les jours qui suivent.

Une pensée sur “Les Fêtes escales, c'est parti !

  • 14 juillet 2013 à 6 h 11 min
    Permalink

    Bonjour,
    j’étais présent lors de la prestation de Planète sauvage et j’ai été pour ma part agréablement surpris par les propositions musicales de ce dj. Il a su fédérer l’ensemble du public familial et éclectique autour de la danse. Les musiques électroniques sont riches et variées tout comme l’était le public et j’ai trouvé cette fusion intéressante. Planète sauvage a su me faire voyager, j’ai découvert un univers musical riche. Je suis impatient de revoir cette artiste se produire dans un autre contexte, car il a l’air d’avoir plusieurs cordes à son arc:
    voir lien suivant:
    http://www.youtube.com/watch?v=BWbKHBo-nPk

  • 14 juillet 2013 à 6 h 11 min
    Permalink

    Bonjour,
    j’étais présent lors de la prestation de Planète sauvage et j’ai été pour ma part agréablement surpris par les propositions musicales de ce dj. Il a su fédérer l’ensemble du public familial et éclectique autour de la danse. Les musiques électroniques sont riches et variées tout comme l’était le public et j’ai trouvé cette fusion intéressante. Planète sauvage a su me faire voyager, j’ai découvert un univers musical riche. Je suis impatient de revoir cette artiste se produire dans un autre contexte, car il a l’air d’avoir plusieurs cordes à son arc:
    voir lien suivant:
    http://www.youtube.com/watch?v=BWbKHBo-nPk

  • 14 juillet 2013 à 6 h 11 min
    Permalink

    Bonjour,
    j’étais présent lors de la prestation de Planète sauvage et j’ai été pour ma part agréablement surpris par les propositions musicales de ce dj. Il a su fédérer l’ensemble du public familial et éclectique autour de la danse. Les musiques électroniques sont riches et variées tout comme l’était le public et j’ai trouvé cette fusion intéressante. Planète sauvage a su me faire voyager, j’ai découvert un univers musical riche. Je suis impatient de revoir cette artiste se produire dans un autre contexte, car il a l’air d’avoir plusieurs cordes à son arc:
    voir lien suivant:
    http://www.youtube.com/watch?v=BWbKHBo-nPk

  • 14 juillet 2013 à 6 h 11 min
    Permalink

    Bonjour,
    j’étais présent lors de la prestation de Planète sauvage et j’ai été pour ma part agréablement surpris par les propositions musicales de ce dj. Il a su fédérer l’ensemble du public familial et éclectique autour de la danse. Les musiques électroniques sont riches et variées tout comme l’était le public et j’ai trouvé cette fusion intéressante. Planète sauvage a su me faire voyager, j’ai découvert un univers musical riche. Je suis impatient de revoir cette artiste se produire dans un autre contexte, car il a l’air d’avoir plusieurs cordes à son arc:
    voir lien suivant:
    http://www.youtube.com/watch?v=BWbKHBo-nPk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *