Métropole de Lyon : déjà mille signataires pour l’organisation d’un référendum

“Nous venons d’apprendre que le futur Conseil général du Rhône (N.D.L.R. : amputé de la Communauté urbaine de Lyon) allait manquer d’argent et qu’il était envisagé une péréquation Métropole-Département pour faire face à la situation !” Au micro face à quelques dizaines de militants réunis le 8 juillet devant les grilles de la préfecture, Danièle Lebail, secrétaire départementale du PCF, ne cache pas sa surprise : “Cela confirme ce que nous disons depuis le début, ce projet n’est pas bon.”
Accompagnée du sénateur Guy Fischer, du maire de Vénissieux Michèle Picard, de la conseillère générale Marie-Christine Burricand et de l’adjointe au maire de Vaulx-en-Velin Marie-France Vieux-Marcaud, la chef de file des communistes du Rhône venait de déposer un millier de signatures sur le bureau de la secrétaire générale de la préfecture. Cette pétition, intitulée “Ma commune, j’y tiens”, demande l’organisation d’un référendum local sur le projet de création de la Métropole de Lyon, inclus dans la future loi de décentralisation.
Pour rappel, ce projet voulu par Gérard Collomb et Michel Mercier prévoit la disparition du Département du Rhône sur l’aire de la communauté urbaine. Le Grand Lyon récupérerait toutes les compétences du Conseil général, une partie de celles de la Région, mais également des communes, pour devenir une collectivité territoriale très puissante. Le Rhône à l’inverse deviendrait un département rural. Voté par le Sénat en juin, le projet de loi portant création de la Métropole de Lyon sera examiné par l’Assemblée nationale le 15 juillet.
“Malgré une unanimité de façade, je peux vous dire que la colère gronde chez les élus locaux, déclarait Guy Fischer. J’étais encore il y a quelques jours dans le Beaujolais, où de vives interrogations s’expriment. Sur le fond, on sent une forte inquiétude. Et sur la forme, les gens ne comprennent pas qu’il n’y ait pas eu de discussion, que ce projet soit imposé sans aucune concertation.”
Conscient que l’été risque de ralentir leur campagne de signatures, les communistes et plus largement les membres du Front de gauche veulent faire du référendum sur la Métropole de Lyon le sujet de la rentrée. “Nous avons besoin d’un grand débat citoyen”, soulignait Marie-Christine Burricand. “C’est l’avenir des communes qui est menacé, ajoutait Michèle Picard. Au mieux nous deviendrons des coquilles vides, au pire de simples fusibles. Avec cette pétition, nous posons la question des contre-pouvoirs des citoyens.”
Avant que le rassemblement ne se disperse, le maire de Vénissieux a invité les militants à une réunion le lundi 15 juillet, à 18 heures, au foyer Marcel-Sembat, “pour envisager la suite à donner au mouvement”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *