Le T4 bientôt à la Part-Dieu

L’extension de la ligne de tramway entrera en service le 2 septembre. Le T4 permettra alors de relier en 40 minutes la station Hôpital Feyzin-Vénissieux à la gare de Lyon Part-Dieu puis à l’IUT Feyssine, via les rails de la T1. Pour le Sytral, c’est un chantier colossal qui s’achève. 

Université Jean-Moulin Lyon 3. Lycée Colbert. Gare de Lyon Part-Dieu. Collège Bellecombe. Université Lyon 1. Ces établissements et équipements importants de Lyon seront prochainement accessibles par le tramway T4 : les travaux de prolongement de la ligne, décidés en juillet 2007 et commencés en novembre 2009, se terminent. Le nouveau tronçon, qui empruntera les voies de la T1 entre la gare Part-Dieu et l’IUT Feyssine sera mis en service à la rentrée.

C’est en effet à partir du 2 septembre qu’un habitant des Minguettes mettra moins de 40 minutes pour atteindre le quartier de la Part-Dieu, sans avoir à se coltiner diverses correspondances. Il faut aujourd’hui, en enchaînant T4 puis lignes D et B du métro, environ une heure pour le même trajet avec des temps d’attente variables aux correspondances.

“Cette ligne T4 a une spécificité très forte sur un plan social, assure Bernard Rivalta, président du Sytral, l’autorité organisatrice des transports urbains pour Lyon et son agglomération. Avec son prolongement, elle permettra notamment de relier un quartier populaire à deux grandes universités. C’est aussi la première grande ligne sur l’axe nord/sud de l’agglomération à ne pas passer par la Presqu’île. Nous avons hâte qu’elle soit mise en service. Elle répondra ainsi à un besoin des habitants.”

Les essais de nuit ont débuté le 13 mai. Le premier test de jour, sur la portion entre la gare de Lyon Part-Dieu et Jet d’eau/Mendès-France, a été par ailleurs mené le jeudi 23 mai. “En tant qu’élu de Vénissieux (M. Rivalta est en effet conseiller municipal, membre du groupe socialiste, N.D.L.R.), l’arrivée du tramway à Vénissieux a toujours constitué une grande fierté, poursuit le président du Sytral. Il a contribué à changer l’image de la ville et a apporté un service sans égal aux habitants. Avec le prolongement, un jeune habitant le quartier des Minguettes pourra se rendre directement à la Part-Dieu, par exemple pour travailler. C’est un énorme plus. Cela valorise également le foncier. Tout ceci démontre que dans l’esprit du syndicat intercommunal, il n’y a pas de banlieue.”

Le lancement du “nouveau T4” achèvera donc un chantier pensé dès 1995, avec l’inscription de cette ligne de tramway au Plan de déplacements urbains de la communauté urbaine de Lyon. Les grandes options et orientations du programme avaient ensuite été arrêtées en 2000, avant le vote des crédits en décembre 2004. Mais, faute d’obtenir les subventions pourtant promises par l’État, le Sytral avait été contraint de “phaser” la réalisation de la ligne. C’est ainsi qu’en avril 2009, “T4 phase 1” a été mis en service, avec ses 10 km entre les stations Feyzin/les Minguettes et Jet d’eau/Mendès-France. Une première partie au budget colossal : 185 millions d’euros, pour trois ans de travaux. 

6 500 voyageurs de plus ?

Le prolongement du T4 devrait amplifier un succès qui ne se dément pas depuis la mise en service de la ligne. Avec 32 500 voyageurs quotidiens, les prévisions des TCL ont été explosées : le réseau de transports en commun de l’agglomération en prévoyait “seulement” 22 000 ! Au point que la fréquence de passage des rames a dû être augmentée. Actuellement, le T4 dessert près de 35 000 habitants situés à moins de 300 mètres de la ligne. Dans des conditions optimales de circulation, il permet de relier le bas des Minguettes à Jet d’eau/Mendès-France en 28 minutes

Avec “T4 – phase 2”, le Sytral estime que 6 500 personnes viendront s’ajouter au flot quotidien des voyageurs. D’autant que la ligne sera connectée aux métros A, B et D, aux tramways T1, T2 et T3, ainsi qu’à la ligne Rhônexpress — qui rejoint l’aéroport Saint-Exupéry en 29 minutes — et qu’elle est longée par une piste cyclable bi-directionnelle. Bientôt, cette ligne prolongée devrait donc être incontournable pour une grande partie des Vénissians. Ou plutôt, l’être encore plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *