Festival Fêtes escales : tangos et autres musiques pour les gens

Du 11 au 14 juillet, les 15e Fêtes escales aligneront une programmation tout autant éclectique que festive. On y trouvera pêle-mêle Cuba, l’Opéra de Lyon, du rap, du rock, de la chanson française et un grand bal de clôture.
Qu’on se le dise, les voleurs de poules sont de retour. C’était en tout cas le nom d’un groupe qui accompagnait Sanseverino, annoncé sur la grande scène de Fêtes escales le 13 juillet. Avec sa cuisine musicale, dont les ingrédients proviennent du jazz manouche, du folk, du bluegrass, de la country et de la chanson française, le fumet est toujours aussi délicat. Son « Tango des gens » a fait date et Sanseverino nous revient avec un nouvel album (« Honky Tonk »), toujours destiné à ce public populaire à qui s’adressent les Fêtes escales. Yolande Peytavin, la première adjointe au maire déléguée à la culture, l’affirme d’ailleurs : « La quinzième édition du festival maintient le cap d’une manifestation proche des gens, développant la convivialité et l’échange ».
Deuxième grand rendez-vous du programme, c’est le 12 juillet que les Fêtes escales accueilleront Imany, dont on a remarqué la superbe voix grave avec « You Will Never Know ». C’était en 2011 et, depuis, la belle Martégale (c’est-à-dire de Martigues) d’origine comorienne a fait son chemin.
Du 11 au 14 juillet, les escales musicales seront donc multiples. Cette croisière 2013 démarrera sur des rythmes cubains grâce à Daniel Mirabeau, Miguel Olmo Hernandez et Sandrine Desmurs, animateurs des ateliers en amont avec les Vénissians. Le 11 juillet, leur succéderont Planète sauvage et son scratch qui accompagne aussi bien le jazz, le reggae ou l’électro et le Turbo Clap Station de Mazalda, dont on nous dit qu’il s’agit d’une « installation sonore délirante oscillant entre air traditionnel indien et rock expérimental ».
Le 12 juillet avant Imany, on découvrira Riff Cohen, jeune chanteuse israélienne. Mélangeant musique orientale et rythmes plus rock, son clip « À Paris » (l’album du même titre vient de sortir chez AZ/Universal) a le bon goût de se dérouler en partie devant un café parisien baptisé… « Le temps des cerises ». Elle sera suivie par Winston McAnuff & Fixi (du groupe Java), où le reggae convole en heureux mariage avec la musette.
Le 13 juillet, ceux qui ont déjà apprécié Sandrine Desmurs dans son travail cubain seront heureux de la retrouver sous le nom de Dame Drine, dans un répertoire beaucoup plus rock. Du rock, on en entendra encore grâce à Broc, groupe lyonnais dont le chanteur (Stéphane Balmino) a été auteur-compositeur pour Olivia Ruiz (« Le tango du qui », « De l’air ») et le batteur (Éric Delbouys) balaie la caisse claire des Têtes Raides. La soirée se conclura avec Stéphane Sanseverino mais vous le savez déjà.
Enfin le 14 juillet, après une ouverture avec 70 enfants de la Maîtrise de l’Opéra de Lyon et un pique-nique républicain que l’on espère ensoleillé, Ibrahima Cissoko et Bassma finiront la soirée en apportant la chaleur des musiques africaines et orientales.
Quant au Bal des Martine… N’allez pas chercher dans le groupe une musicienne portant ce prénom  : on y trouve plutôt une Alison et une Clarisse, des Jean-Michel, Guillaume, Simon et Rémy. Mais c’est une bonne raison pour se convaincre que Les Martine sont décalés, déjantés et qu’ils nous emmèneront à la plage, à la ferme, au parc, en bateau ou au zoo. Bref, qu’ils nous donneront du plaisir en nous dépaysant.

Programme :
11 juillet : Restitution des ateliers, Planète sauvage, Mazalda
12 juillet : Fêtes escales des z’enfants, Dandeelions, Riff Cohen, Winston McAnuff & Fixi, Imany
13 juillet : Samsara, Muff’in Crew, dame Drine, Broc, Sanseverino, feu d’artifice
14 juillet : Maîtrise de l’Opéra de Lyon, pique-nique républicain, Ibrahima Cissokho & le Mandingue Foly, Bassma, le Bal des Martine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *