Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Arrêtés anti-expulsions : le maire au tribunal administratif lundi 15 avril

Le préfet n’a pas tardé à faire appel des arrêtés anti-expulsions signés le 15 mars par les maires communistes et Front de gauche de Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Givors et Pierre-Bénite : Michèle Picard et ses collègues sont convoqués le lundi 15 avril à 14 h 30 au TA (précisons que, dans un premier temps, cette audience avait été fixée au mercredi 17 ; elle a donc été avancée). Un rassemblement est organisé à 14 heures, devant le tribunal (184, rue Duguesclin – Lyon 3e) “pour dire non à ces pratiques d’un autre âge, qui ne font que rajouter de la misère à la misère”. Michèle Picard appelle à une large mobilisation “afin d’exiger de l’État le droit à une vie digne pour tous et faire prévaloir le droit à un toit pour chacun.

Au conseil municipal de Vénissieux, le 25 mars, les élus du groupe communiste et apparentés ont proposé à leurs collègues d’adopter une motion de soutien à ces arrêtés.
“Nous ne prendrons pas part au vote”, a indiqué Lotfi Ben Khelifa après avoir dit que le groupe socialiste partageait le constat du maire sur le mal-logement et les problèmes d’accès au logement social mais pas ses propositions. “Depuis le 6 mai, le gouvernement prend des mesures concrètes et immédiates”, assurait-il avant d’ajouter : “Sur le territoire de la République, la loi est la même pour tous.”
Ce à quoi Thierry Vignaud (MRC) répondait : “Considérant que le droit au logement est fondamental, une fois n’est pas coutume, mettons-nous dans l’illégalité temporaire !”
G. Soudan (Vénissieux Écologie) annonçait voter cette motion “sans état d’âme”. Pour Marie Seeman (LO), “réagir est une nécessité vitale si on refuse d’être poussés vers la pauvreté.”
Je partage mais je suis las d’aller au combat dans ces conditions”, commentait Eléazar Bafounta (PRG), proposant de changer de stratégie en attaquant pénalement le préfet en tant que représentant de l’État.
Au chapitre des propositions, Djil Ben Mabrouk (sans étiquette) suggérait que l’État rende inéligibles les maires qui refusent de construire des logements sociaux.
“Vous détournez la générosité des Vénissians pour servir vos combats idéologiques !” s’est exclamé Christophe Girard (divers droite).
“Nous n’instrumentalisons pas la pauvreté, concluait le maire. Nos démarches pour une vie digne n’ont qu’un seul but : obtenir enfin un véritable droit au logement pour tous. Que le chemin soit long et difficile ne m’effraie pas. Comptez sur moi pour m’y engager chaque année.”
Notons par ailleurs que sur proposition du groupe Front de gauche, le Conseil régional Rhône-Alpes a adopté la semaine dernière un vœu “demandant à l’État un moratoire sur les expulsions de familles victimes de dettes locatives liées aux conséquences de la crise pour 2013 et de soutenir au même titre que la Région les élus qui luttent sur leurs territoires contre ces expulsions”.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Actus

Le programme de la Cité internationale des arts du cirque a été voté par les élus métropolitains. L'équipement s'élèvera à proximité du métro Parilly.

Portraits

Depuis 25 ans, Josy Ingargiola travaille comme bénévole au Secours populaire de Vénissieux, dont elle fut la responsable pendant 15 ans.

Actus

Le député sortant, Idir Boumertit, qui part sous la bannière du Nouveau Front Populaire, sera opposé à cinq autres candidats, dont deux d'extrême droite.

Actus

Ce 19 juin, les élèves des ateliers Henri-Matisse exposaient leurs productions de l'année à la salle Irène-Joliot-Curie.

Actus

« La commémoration de cet appel s’inscrit dans un contexte lourd de menaces », a souligné le maire, Michèle Picard.