Fêtes escales : les ateliers 2013 sous le signe de la batucada

Chaque année, la soirée de bilan des Fêtes escales de l’été passé est l’occasion de présenter les artistes qui vont animer les prochains ateliers. Ce 7 novembre, Yolande Peytavin, première adjointe chargée de la culture, remerciait les quelque 200 personnes ayant participé aux ateliers menés par le slameur Lee Harvey Asphalte et le vidéaste Nico Tico, autour du projet O.T.U. Et présentait donc ceux qui vont leur succéder, sous le signe d’une « Escale à Bahia » : Sandrine Desmurs (Dame Drine) et Roberto Cavalcante.« Le 11 juillet, soirée des ateliers O.T.U., 450 personnes étaient présentes, rappelle la première adjointe. L’édition 2012 a été un franc succès, avec de belles soirées qui ont attiré beaucoup de monde. Nous n’avons pas eu de problèmes majeurs et l’on s’aperçoit que le festival a désormais pris racine, autant à Vénissieux que dans l’agglomération lyonnaise. Nous préparons à présent la 15e édition. Notre habituel partenariat avec l’Opéra de Lyon prendra en 2013 une tournure différente : l’orchestre sera en tournée mais l’Opéra nous concocte un autre programme avec de la danse et du chant. »
Le directeur du festival, Michel Jacques, annonce ensuite que « 2013 sera une année de transition : après le départ à la retraite de Blandine Chagnard, Audrey qui était déjà présente cette année la remplace pour la coordination des ateliers. C’est elle qui prendra les inscriptions. »
Nico Tico et Lee Harvey Asphalte répètent leur contentement d’avoir travaillé à Vénissieux, où ils ont trouvé « beaucoup de générosité » et ressenti « un plaisir partagé autour d’un but ».

Sandrine Desmurs et Roberto Cavalcante seront les artisans des ateliers de l’été 2013. La première est Vénissiane, prof de chant à l’école de musique et elle s’est déjà produite en concert dans sa ville sous le nom de Dame Drine. Roberto est Brésilien. Il s’est installé à Lyon pour fabriquer des bijoux. Avec « ce soleil que Roberto a amené », ils vont proposer une « Escale à Bahia », belle rencontre entre chanson française et percussions brésiliennes. S’accompagnant de différents instruments de percussion, tous deux entonnent « Tout le bonheur du monde » de Sinsemilia, l’inusable « Amant de Saint-Jean » de Lucienne Delyle et « Tomber la chemise » de Zebda. Ces chansons bien connues prennent une autre sonorité avec ces rythmes de batucada. Le public commence à danser sur place et à chanter en même temps que Sandrine.
« Avec votre énergie et votre force, on va aller loin » se réjouit Roberto.
À la fin du petit récital, plusieurs personnes se sont déjà inscrites pour les prochains ateliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *