Petite Babel au théâtre : le détour par le burlesque

Ce jour-là, la compagnie du Détour recevait sur le plateau du Théâtre de Vénissieux, où elle répète « Les femmes savantes » (création en décembre), des enfants d’un foyer Aralis.« Ils ont entre 7 et 12 ans, explique Agnès Larroque, qui signe la mise en scène du spectacle. Nous allons les avoir toute l’année pendant sept à huit séances, dans le cadre de la Petite Babel. »
Mise en place par Françoise Pouzache, directrice du théâtre, cette Petite Babel va se construire au cours d’une série d’échanges entre la compagnie en résidence (Détour) et les habitants, sur le thème des mémoires du futur. Pour l’instant, les enfants montent sur la scène et regardent, émerveillés, le décor des « Femmes savantes » : une cuisine moderne avec sa série de rangements, son four micro-ondes, son réfrigérateur, etc.
« C’est beau, ces immeubles » s’exclament les petits. L’un ajoute, en désignant un rouleau d’essuie-tout rose : « Il est vrai ce papier-culotte ? » Agnès leur explique l’argument de la pièce et précise qu’elle ne sera jouée que par des actrices, qui interpréteront chacune deux personnages : un homme et une femme. « Laure Seguette, par exemple, va être la mère et le fiancé. Irène Chauve jouera même trois personnages : la tante Bélise, un professeur, Trissotin, et le notaire. Nous aimons faire du théâtre burlesque avec des accidents, des cascades, des gifles. »
Molière a écrit sa comédie en alexandrins et les actrices en donnent un exemple aux enfants. Puis, elles leur proposent de jouer des gags : traversée du plateau en trébuchant, port de perruques. Aïcha, Maryam, Samir, Matteo et Fabio s’amusent, trouvent des idées de jeu et de mise en scène, jonglent avec des oranges.
Le foyer Aralis a déjà travaillé l’an dernier avec la compagnie Ariadne. Cette année, outre le jeu théâtral avec la compagnie du Détour, les résidants pourront venir voir des spectacles. Après le goûter, l’équipe du théâtre donne rendez-vous aux enfants le 7 novembre, « pour un spectacle ».
Un des jeunes qui a pris goût à tout cela questionne : « C’est nous qu’on va voir ou c’est nous qu’on va faire ? »
En l’occurrence, ils iront assister à la prestation de Patrice Kalla, « Conte & Soul ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *