Conseil municipal d'enfants : une école de la démocratie

Des enseignants et les deux inspecteurs de l’Éducation nationale, plusieurs DDEN ainsi que des responsables de centres de loisirs ont assisté lundi à la conférence de presse de lancement du conseil municipal d’enfants (CME) de Vénissieux. Principal objectif de cette structure : familiariser les jeunes avec la vie de la cité et les amener à y participer, a expliqué le maire, Michèle Picard. Plusieurs élus étaient à ses côtés, dont  la première adjointe, Yolande Peytavin, et l’adjoint en charge des affaires scolaires, Christian Falconnet. Le CME sera installé le 20 novembre, pour la Journée internationale des droits de l’enfant.
Dans la salle, Nathalie et Hélène, enseignantes en CM1 et en CM2, étaient très intéressées par l’initiative : « Nous travaillons sur la citoyenneté dans nos classes. Au printemps, nous avons parlé du vote à propos des élections présidentielle et législatives. Cette année, les enfants vont donc participer eux-mêmes à une élection : c’est du concret.»  Les écoliers vont devoir beaucoup s’impliquer car les étapes sont nombreuses avant la remise d’une « mallette du jeune élu » : proposer sa candidature, élaborer une profession de foi, faire campagne, communiquer, débattre…
Michèle Picard a rappelé l’importance que l’équipe municipale qu’elle dirige accorde aux questions de l’enfant et de la jeunesse. «C’est parce que nous considérons que la jeunesse vénissiane n’est pas un coût mais un investissement, que nous avons fait de la petite enfance, de l’enfance et de la jeunesse  une priorité de notre action (…). Le CME s’inscrit dans la continuité de l’action de la Ville, d’une part pour renforcer le sentiment d’appartenance des enfants à la commune, en les rendant acteurs de la cité ; d’autre part pour leur permettre de s’engager dans un projet éducatif et pédagogique.

«Les enfants des écoles publiques et privées résidant à Vénissieux vont donc apprendre les règles de la vie publique, poursuit le maire. Le CME sera une instance participative et ludique, adaptée à l’âge des jeunes élus qui vont pouvoir se familiariser à la prise de parole devant les autres, apprendre à écouter, à formuler et à justifier leur point de vue. L’assemblée du CME sera une école du respect.»

Cette initiative n’aurait pas vu le jour sans le partenariat mis en place avec l’Éducation nationale, les équipes enseignantes, et les parents. Et M. Garreau, conseiller pédagogique sur le secteur de Vénissieux-Sud,  d’insister : « Il s’agit d’une véritable expérience de démocratie ; c’est pourquoi nous souhaitons que l’ensemble des écoles s’impliquent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *