Vénissy pose ses fondations

Après l’Ilot A viendra le B, puis le C et le D. Ce qui devrait nous porter au moins jusqu’en 2018. C’est l’opération phare du renouvellement urbain des Minguettes : 50 millions d’euros, 300 logements, 2 500 m2 de bureaux, 8 000 m2 de commerces. Mais pour l’heure, le nouveau Vénissy se limite aux fondations de l’Ilot A, également appelé Ilot Casino, du nom de la grande surface qui en occupera tout le rez-de-chaussée.

 

Le chantier, sous maîtrise d’ouvrage de l’OPAC du Rhône, a débuté au printemps dernier en bordure de l’avenue Jean-Cagne, là où les clients de Casino garaient leurs voitures. Le maire, Michèle Picard, accompagnée de quelques élus, a récemment visité le site pour faire un point d’avancement. Les terrassements sont achevés. Ouvriers et engins s’activent à plusieurs mètres de profondeur. Sous le supermarché, il y aura en effet deux niveaux de stationnement. Et dessus, comme posés sur le toit, des immeubles de bureaux et de logements. 91 logements au total, dont 16 en accession sociale à la propriété.
Le déménagement de l’actuel supermarché Casino dans ses nouveaux locaux devrait intervenir à la mi-2014. Les habitants devront patienter six mois de plus pour prendre possession de leurs appartements.
Parallèlement, les travaux de démolition de l’ancienne galerie marchande se poursuivent. Une partie a déjà été abattue cet été. Sans toucher toutefois à la Maison des services publics (mairie annexe, point préfecture et antenne du Conseil général) qui sera conservée. D’autres secteurs sont toujours en cours de désamiantage. La démolition reprendra en fin d’année.
Lors de la visite du chantier, le maire a confirmé que la gestion foncière des futurs commerces et locaux d’activités sera confiée à la SEM (Société d’économie mixte) patrimoniale du Grand Lyon. Il s’agira donc d’une gestion publique. On comprend aisément les raisons de ce choix quand on se souvient des énormes difficultés générées par le système de copropriété de l’ancien Vénissy. Avant d’engager cette lourde opération de démolition-reconstruction, les partenaires publics ont d’ailleurs dû racheter l’ensemble des garages et des locaux commerciaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *