Michèle Picard en campagne à Saint-Priest

Le rattachement d’une partie de Saint-Priest, soit 18 000 électeurs, à la 14e circonscription, est un élément qui pèsera lourd sur les résultats du prochain scrutin législatif. Michèle Picard, candidate PCF-Front de gauche aux élections législatives, a entrepris de mieux se faire connaître de nos voisins.
Michèle Picard avait convié la presse dans une brasserie du centre de la ville. À ses côtés, deux militants san-priots : Willy Plazzi, élu communiste bien connu, et Yannis Al Mahdi, jeune conseiller municipal, qui sera son suppléant pour ces élections législatives. Le député sortant, André Gerin et le sénateur Guy Fischer, président du comité de soutien, étaient également présents.
“La ville de Saint-Priest est à l’image des villes de la circonscription, observait la candidate. C’est une ville populaire. Les habitants ont les mêmes préoccupations que ceux que je rencontre quotidiennement. Ils sont confrontés aux mêmes difficultés de vie.”
Pour convaincre les San-Priots, qui sont 18 000 à rejoindre la liste électorale de la 14e circonscription, Michèle Picard a mis en avant le bilan qu’elle partage avec André Gerin, le député communiste dont elle est la suppléante depuis 2002. En particulier son combat pour la défense de l’emploi, de l’épisode douloureux de Saint-Jean-Industries où la lutte n’avait pu empêcher les licenciements, jusqu’au sauvetage récent de Veninov. “L’exemple de Veninov est riche d’enseignements, a-t-elle souligné. Sans la lutte des salariés, des syndicats, des élus, de la population et de son comité de soutien, cette entreprise aurait fermé en catimini en décembre 2010. Nous avons obligé les pouvoirs publics à réagir et à faire plier un fonds de pension américain. C’est une lutte exemplaire qui marquera l’histoire des luttes vénissianes et bien au-delà.”
La candidate du Parti communiste et du Front de gauche a ensuite décliné les autres priorités qu’elle entend défendre : des moyens renforcés pour l’école publique, le logement, la santé, les droits des femmes… “Avec Yannis, nous sommes des candidats anti-résignation contre les inégalités criantes. Nous voulons redonner des perspectives et la dignité aux personnes”. Et d’ajouter : “Après la victoire de la gauche à la présidentielle, l’élection de députés communistes sera déterminante pour peser dans le sens d’un véritable changement.”
André Gerin et Guy Fischer ont abondé dans ce sens, insistant sur l’importance d’envoyer des députés du Front de gauche à l’Assemblée nationale. Avec un style plus direct, Yannis Al Mahdi a indiqué qu’il ne faisait “aucunement confiance à François Hollande pour défendre les classes populaires.”
Ces arguments sauront-t-ils convaincre les électeurs san-priots qui ont été 30,5 % à voter Hollande au premier tour et 53,6 % au second ? “Dans la partie rattachée à la 14e circonscription, Mélenchon a fait 15 %, observait le jeune conseiller municipal. C’est la plus forte progression enregistrée à gauche.”
Conclusion du député sortant, André Gerin : “La partie n’est pas gagnée mais elle est jouable .”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *