L’agglomération lance la révision de son Plan local d’urbanisme

Les conseillers communautaires ont adopté lundi soir le processus de révision du Plan local d’urbanisme (PLU). La concertation va s’ouvrir fin mai et durer deux ans. Le PLU définit les règles d’usages des sols sur l’ensemble du territoire communautaire. De portée générale, il s’impose à tous, particuliers et administrations, détermine les droits à construire, et dessine le visage de la ville de demain en définissant des orientations stratégiques d’aménagement. Le sujet est ardu, pour ne pas dire barbant, mais sacrément important.
D’autant plus important que la loi Grenelle 2 fait désormais obligation d’intégrer au PLU le programme local de l’habitat (PLH), qui va décider des investissements et des actions en matière de logement pour les années à venir dans l’agglomération.
Du reste, c’est en partie pour répondre à cette obligation que le Grand Lyon a lancé une révision de l’actuel PLU qui date de 2005. L’autre raison est la nécessaire prise en compte du SCOT (Schéma de cohérence territoriale), approuvé en décembre 2010, qui fonde le développement de l’agglomération à l’horizon 2030. On ne sera donc pas surpris de retrouver dans le PLU quelques idées force du SCOT : préserver 50 % du territoire en surface naturelle, assurer un développement urbain multipolaire, ou encore développer en priorité les secteurs bien desservis par les transports collectifs.

Quatre grands axes
Le document est construit autour de quatre grands axes : le premier rassemble tout ce qui peut renforcer l’attractivité et le rayonnement métropolitain (hébergement touristique, universités, desserte ferroviaire et aérienne…), le deuxième concerne le dynamisme économique (accueil des entreprises, organisation des pôles commerciaux…), le troisième veut garantir les conditions d’un “développement solidaire et équilibré” (logement social, mixité, répartition des efforts de construction…), enfin le quatrième porte sur la qualité de l’environnement (moins de gaz à effet de serre, protection des espaces naturels…).
La révision du PLU va s’articuler sur trois niveaux : à l’échelle communale, à l’échelle de l’agglomération, et – c’est nouveau – à une échelle intermédiaire qui est celle du bassin de vie.
La concertation va s’ouvrir le 31 mai et devrait durer deux ans. Au moins une réunion publique aura lieu dans chaque commune du Grand Lyon et arrondissement de Lyon.
Le public pourra faire connaître ses observations au fur et à mesure de la phase d’élaboration du projet, en les consignant dans des cahiers ouverts à cet effet au siège du Grand Lyon et dans les mairies des 58 communes de l’agglomération. Les observations pourront également se faire sur le site internet http://www.grandlyon.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *