Repas festifs pour les seniors

À l’invitation de la Ville, plus de mille trois cents seniors ont partagé un déjeuner convivial, en préambule des fêtes de fin d’année. Préparés par la Régie de la restauration scolaire et sociale et servis par des lycéens d’Hélène-Boucher, ces repas ont été l’occasion de se retrouver dans une ambiance agréable et festive. De nombreux élus, dont le maire, ont accueilli les retraités, ainsi que les bénévoles et les agents municipaux qui participent à la réussite de ces rendez-vous.
Il y a urgence à recréer du lien social,  a dit Michèle Picard, à faire corps avec toutes les générations, des plus petits aux plus âgés, à refaire société avec, comme locomotive collective, le vivre ensemble, l’intérêt général, la solidarité (…). Les personnes âgées ne sont pas les seules victimes de ce modèle économique désastreux, mais, signe très inquiétant, elles sont chaque année de plus en plus nombreuses à solliciter les associations caritatives ou les services sociaux de la mairie. Pourquoi ? Parce qu’elles ne peuvent plus faire face à l’augmentation des loyers, à l’inflation sur les produits de première nécessité, aux nombreux déremboursements des médicaments.

Puis, Michèle Picard plaçait ses propos sur le plan national : “Précarité sociale, précarité sanitaire, précarité énergétique. Nous avons là trois fléaux qui guettent les plus de 65 ans et risquent d’exploser très vite au cœur de nos sociétés. C’est le fruit des politiques menées depuis plus de dix ans. La dernière réforme des retraites du tandem Sarkozy-Fillon va jeter de l’huile sur le feu, car elle est synonyme de pensions incomplètes et d’une perte de pouvoir d’achat très marquée dans les dix ans à venir. » Et le maire de conclure : “Pour moi, pour Vénissieux, la vieillesse n’est pas un coût, c’est un investissement, une richesse (…). Nous avons tissé des liens solides et solidaires avec les personnes âgées de notre commune, auxquelles on doit respect et attention.
Après chacun de ces repas, place à la danse grâce aux orchestres de Pierre Elvira, Jean-Charles Bianco et Nino Mancini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *