Du 28 septembre au 1er octobre : Vénissieux s'offre un Grand Rendez-vous

Dans deux semaines tout juste s’ouvrira un nouveau Grand Rendez-vous de la Ville, qui ambitionne de dessiner le Vénissieux des années 2030. Pendant quatre jours, l’équipe municipale invite les Vénissians à venir s’informer, débattre, avancer points de vue et propositions.

En franglais, on dirait que le maire fait du “teasing”. Si Michèle Picard se refuse à dévoiler les bonnes feuilles du livre “Vénissieux, un autre regard”, qui va sortir pour le Grand Rendez-vous de la Ville, on la sent impatiente de le présenter. “Ce livre, c’est Vénissieux comme on l’aime et comme je l’aime, confiait le maire en marge de sa conférence de presse de rentrée. Je voulais une sorte de carnet de voyage à la Titouan Lamazou, qui montre Vénissieux sous un angle différent. Ils sont trois à y avoir collaboré : un poète, un photographe, un graphiste. Je leur ai donné la direction, puis je les ai laissé faire. Je suis trop respectueuse des artistes pour intervenir sur leur travail. Et je vous assure, vous allez être surpris !
Maintenant qu’on est alléchés, reste à attendre le mercredi 28 septembre, 11 heures, à la salle Irène-Joliot-Curie où sera donné le coup d’envoi du Grand Rendez-vous de la Ville.
Le précédent, en 2006, avait proposé aux habitants de dessiner le Vénissieux de 2015. Et voici que nous y sommes, en 2015, ou presque. Maintenant, il s’agit d’anticiper 2030. “Placés à mi-mandat, ces quatre jours vont nous permettre de nous retourner sur l’action municipale et de nous projeter vers l’avenir, relève Michèle Picard : le développement de Vénissieux, ses perspectives, ses lignes de force. La finalité de ce Grand Rendez-vous est de mettre notre ville dans tous ses états justement pour ne pas la laisser en l’état, pour continuer d’avancer et dessiner une ville dans laquelle nos enfants aimeront vivre et partager.”
Dessiner la ville, c’est débattre des perspectives d’urbanisation, mais pas seulement, insiste le maire. “Une ville ne se résume pas à une addition de grues et de chantiers. C’est aussi vivre ensemble, ce sont les résistances communes que nous pouvons mettre en place face au désordre économique. Pendant ce Grand Rendez-vous, nous aurons donc également des temps de réflexion sur la santé, sur la pauvreté qui explose, sur la place de la culture.”

Un potentiel foncier important
La troisième commune du département veut et va continuer à se développer, côté immobilier (“Le logement, cela représente du travail, des équipements publics, des transports, du commerce…”) et côté grands travaux : “L’enjeu est important et il sera détaillé dès le premier jour, confirme le maire. Exemple, avec le cœur de ville : on va annoncer des projets pour ce secteur qui s’étend de l’hôtel de ville à la gare, aux quartiers Max-Barel et Charréard. Sur le site de la cité scolaire Jacques-Brel, qui sera libéré en 2014, pourrait être implantée la Fabrique de l’Opéra. Gérard Collomb, le président du Grand Lyon, y est favorable. Mais le financement n’est pas complet, il faut encore travailler avec l’opéra et le ministère de la Culture.” Ce vaste tour d’horizon passera par le Puisoz, qu’il ne faut plus appeler Puisoz : “Ce n’est plus d’actualité. Le projet est beaucoup plus global, il va du restaurant KFC à la ZAC de Parilly. Nous avons l’ambition d’obtenir la couverture du périphérique. On en a déjà discuté plusieurs fois avec Gérard Collomb. Comme pour le TOP, le tronçon ouest du périphérique, les maires doivent porter une réflexion commune.”
Autres dimensions, la présentation officielle de l’Agenda 21 de Vénissieux et ce que le maire appelle “l’éco-citoyenneté”, sur les modes de consommation et de déplacement. Et, bien sûr, la place des entreprises, des métiers et des formations, par exemple dans l’automobile. Des sujets qui concernent au premier chef les jeunes et leur insertion dans la société.
Seraient-ils tournés exclusivement vers la consommation, comme on le dit souvent ? Michèle Picard est sûre du contraire : “Ils veulent ouvrir des portes, s’investir dans une société plus juste qu’aujourd’hui. Ils ont des droits, ils ont des devoirs, ils ont aussi une place que la collectivité doit leur procurer.” Vaste débat dans lequel on a envie d’entendre les jeunes eux-mêmes. Ils sont donc invités à venir l’ouvrir, particulièrement le 1er octobre, le matin au cours d’un débat et l’après-midi dans les “scènes ouvertes”.

Quatre grands jours de rendez-vous

28 SEPTEMBRE
11 heures : inauguration du Grand Rendez-vous, présentation du livre “Vénissieux, un autre regard”. Salle Irène-Joliot-Curie.
17 heures : lancement de l’Agenda 21, le document officiel présentant la politique de développement humain et durable de Vénissieux. Salle Irène-Joliot-Curie.
18 heures : “Construisons la ville aujourd’hui et demain”. Autour d’une exposition, rencontre sur le thème du développement de la ville à l’horizon 2030. Salle Irène-Joliot-Curie.
20 h 30 : projection en avant-première du film “De mémoires d’ouvriers” de Gilles Perret. Cinéma Gérard-Philipe.

29 SEPTEMBRE
8 h 30 : “L’entreprise dans la cité”, petit-déjeuner débat. Salle Irène-Joliot-Curie.
10 heures : signature de la charte des antennes relais, entre la Ville et les opérateurs de la téléphonie mobile. Salle Irène-Joliot-Curie.
11 heures : inauguration des nouvelles serres. Avenue Jean-Moulin.
18 heures : conférence “Le droit à l’énergie”. Salle Irène-Joliot-Curie.
19 h 30 : nuit Blanche à la médiathèque. Pour célébrer les dix ans du bâtiment, l’architecte Dominique Perrault sera au cœur d’une soirée mêlant concerts, spectacles et performances, notamment celle du plasticien vidéaste Guillaume Bautista (voir ci-contre).

30 SEPTEMBRE
9 heures : “Une ville solidaire pour une vie digne”, table ronde en présence de Bruno Lachnitt, directeur de la MRIE, Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, Christophe Deltombe, président d’Emmaüs France, et Didier Lesueur, de l’ODAS. Salle Irène-Joliot-Curie.
11 heures : inauguration de la chaufferie bois de l’école Georges-Lévy.
14 h 30 : Atelier Santé Ville : comment s’alimenter de façon équilibrée. Salle Irène-Joliot-Curie.
18 heures : “Vénissieux, une ville qui compte”, rencontre-débat sur la ville de demain. Salle Irène-Joliot-Curie.
18 heures : “L’invention du possible”, échange autour de l’ouvrage qui retrace 50 ans de politique locale de l’enfance. Salle Irène-Joliot-Curie.

1er OCTOBRE
l 9 h 30 : exposition de véhicules innovants de Renault Trucks. Rue Louis-Jouvet, derrière la salle Irène-Joliot-Curie.
l 9 h 30 : “Jeune mais aussi citoyen”, débat.
Salle Irène-Joliot-Curie.
11 h 15 : Reconnaissances vénissianes. La mise à l’honneur des Vénissians œuvrant pour le développement de la ville. Salle Irène-Joliot-Curie.
14 h 30 : scènes ouvertes et animations musicales avec les jeunes des EPJ.
Salle Irène-Joliot-Curie.
20 h 30 : “Cirque en cascade” par la compagnie Les nouveaux nez, spectacle tout public.
Au Théâtre de Vénissieux.

ET ENCORE
Projection en avant-première du film “Joseph l’insoumis”, de Caroline Glorion, sur la vie de Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart-Monde, le 20 septembre. Cinéma Gérard-Philipe.
Des balades artistiques à 9 h 30 et urbaines à 14 h 30, du 28 au 30 septembre.
“Vénissieux Express”, grand jeu dans la ville pour les 8-12 ans. Le 28 septembre.
Audition des élèves de l’école de musique Jean-Wiener. Le 29 septembre.
Diaporama d’œuvres d’art de l’espace urbain vénissian. Du 28 septembre au 1er octobre. Cinéma Gérard-Philipe.

Exposition de photos géantes autour du livre “Vénissieux, un autre regard”. Du 28 septembre au 1er octobre, dans la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *