Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Non-remplacement de profs : fortes mobilisations à Henri-Wallon et Jean-Moulin

Ce lundi matin, la classe de CM1 de l’école élémentaire Henri-Wallon est pleine à craquer. Parents d’élèves et élus ont pris place au côté des enfants. Motif : l’enseignante absente depuis le 23 mai et jusqu’à la fin de l’année n’est pas remplacée.

Au même moment, devant l’école Jean-Moulin, les parents partent en car manifester à Lyon, devant l’inspection académique. Motif : les remplaçants ne sont pas remplacés… Deux visages d’une même politique qui fait courir les écoles publiques à la catastrophe.

A Henri-Wallon, les parents sont excédés : “Nos enfants vont être en difficultés en CM2, à moins qu’ils redoublent. Que peut-on faire ? Une classe sauvage ? Mais nous avons aucune formation pédagogique. Pourquoi ne pas aller à Pôle emploi ? L’autre jour, on a vu à la télé que le ministre de l’Education nationale donnait la possibilité aux inspecteurs d’académie d’embaucher.”

Les parents verraient d’un bon œil qu’on demande à l’enseignant du REP (réseau d’éducation prioritaire) de pallier cette absence mais… pas si simple ! rétorquent les enseignants : “Les profs REP font un travail très important.Ils travaillent dans toutes les classes, ils ne sont pas là pour remplacer les absents.”

Michèle Picard, le maire, rappelait qu’à Vénissieux, quelque 800 journées de classe sans enseignant ont été comptabilisées depuis le début de l’année. “C’est un problème politique dû aux décisions gouvernementales : 40 000 postes ont été supprimés en 4 ans. Il faut nous mobiliser tous ensemble : enseignants, parents, élus. Nous sommes tous à vos côtés.”

À l’issue de la réunion, deux rendez-vous étaient décidés. Ce mardi matin, une classe sauvage va débuter, classe qui sera assurée mercredi par le maire : Michèle Picard viendra faire la classe aux petits Vénissians comme elle l’avait déjà fait voici quelques semaines à Jean-Moulin. À 18 heures, ce 30 mai, tous doivent se retrouver devant l’inspection de circonscription (devant le groupe scolaire Geores-Lévy) pour manifester. Une délégation devrait reçue par l’inspecteur de l’Éducation nationale.

Pendant ce temps, les parents de l’école élémentaire Jean-Moulin (qui ont déjà tenu deux classes sauvages en CE1 et CM1/CM2) étaient partis manifester devant l’inspection académique de Lyon, rue Jaboulay. Même motif, ou presque : les remplaçants qui avaient été mis sur ces postes ont été affectés à d’autres remplacements. Et les écoliers de ces deux classes sont à nouveau sans enseignant.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Culture

Les Fêtes escales se tiendront dans le parc Louis-Dupic du 12 au 14 juillet et recherchent associations et chantiers jeunes.

Actus

Une dizaine d'organisations appellent à une manifestation ce jeudi 18 avril pour la mise en œuvre de "solutions humaines et sociales" à la crise...

Culture

Ces 11 et 12 avril, la compagnie des ArTpenteurs proposait aux classes de maternelle un spectacle multilingue, à l'issue duquel quelques mamans ont chanté...

Sports

Le ciel était voilé, la pluie ne menaçait pas, et une forte affluence de marcheurs a contribué au succès de la 12e édition de...

Dossiers

La trêve hivernale des expulsions locatives s’est achevée, comme tous les ans, le 31 mars. Depuis, en France, des dizaines de milliers de personnes...