Exposcience : les écoliers d’Anatole-France et la forêt miniature

Bravo aux écoliers de CM2 du groupe scolaire Anatole-France ! Encadrés par deux enseignants, Mme Mousli et M. Combier, ils ont travaillé pendant tout l’année sur la nature et la biodiversité, afin de participer à Exposcience Rhône, qui s’est tenue pendant deux jours au château de Saint-Priest. Leur stand, sur lequel ils présentaient une forêt miniature qu’ils ont créée, était superbe.

C’était une première pour les élèves de CM2 du groupe scolaire Anatole-France :  participer à Exposcience, une manifestation qui propose aux jeunes de valoriser leurs activités à caractère culturel, scientifique et technique, réalisées en général dans le cadre scolaire.
C’est ainsi qu’au château de Saint-Priest, nous avons rencontré Lina, David, Nebila, Simama, Styna et les autres élèves de CM2, qui nous ont expliqué leurs expériences. “Depuis le début de l’année, racontent-ils, nous travaillons sur la biodiversité. Nous avons planté des arbres au parc de Grandes Terres des Vignes, nous avons accueilli des professionnels en classe, par exemple un représentant de l’Office national des forêts, nous avons fait de nombreuses recherches.” À leur programme aussi, une semaine de classe de découverte au Noyer, qui leur a permis d’aller à la rencontre de chamois : “On a relevé des empreintes et on a pu les voir, avec les longues vues. On a aussi fait du papier recyclé, découvert une mare, on s’est promenés en forêt. Beaucoup de photos ont été prises, elles sont présentées sur le stand.”

Mais le plus remarquable, c’était la forêt miniature que les élèves et leurs enseignants se sont attachés à reconstituer : « Il a fallu recréer l’écosystème de la forêt, expliquent les enfants. Pour ça, on a d’abord ramassé des végétaux et cherché des insectes dans la cour de l’école. On a mis des cailloux dans un vivarium. On y a ajouté la terre, le terreau, les plantes, les végétaux et les insectes. On a arrosé une seule fois avant de fermer le vivarium. C’était le 8 février. Depuis, notre forêt se développe. Il y a même des fruits qui ont poussé ! On peut les voir à travers les parois ! »

Les élèves ont aussi fabriqué des nichoirs pour les oiseaux, qui seront prochainement installés dans la cour de l’école. Parallèlement, tous ont travaillé le français en écrivant des haïkus, dans lesquels s’allient poétique et conscience écologique :

“Emballages verts/Polluent toute la terre/Ils se retrouvent par terre”

“Un ticket se perd/Il a perdu son chemin/Et son bus rouge blanc”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *