Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Maternelle du Clos-Verger : rassemblement contre une fermeture de classe

Si la fermeture est maintenue, il y aura 33 élèves par classe !

“Qu’est-ce qui se passe ? Il n’y a pas école ?” Ce jeudi matin, au Clos-Verger, quelques parents paraissent inquiets en découvrant un attroupement devant la maternelle. Isabelle Mistral, responsable des parents d’élèves, les informe que l’école sera bloquée jusqu’à 9 heures mais qu’ils peuvent laisser leurs enfants, qui pourront être pris en charge par les ATSEM. Raison du bloquage : la fermeture annoncée d’une classe à la rentrée. “Avec 92 élèves scolarisés, explique Véronique Boyer, directrice de l’école, l’inspection académique ferme la classe. À 93, on la garde. Pour l’instant, il manque six élèves. Cette année, on avait 103 élèves pour quatre classes, ce qui fait une moyenne de 26 élèves par classe. L’an prochain, si on passe à trois classes, la moyenne montera autour de 33 élèves. Les syndicats sont inquiets du comptage qui va s’effectuer en septembre. C’est délicat, on est sur la corde raide.”

Fabienne Guichard, une enseignante, ajoute que les inscriptions ne sont pas terminées et que les commissions qui actent les fermetures de classe se déroulent trop tôt. “Les parents se mobilisent, conclut la directrice, et nous, on prend acte !” Les petits ont été rassemblés derrière une banderole qui dénonce les classes surchargées et les mauvaises conditions de travail qui mettront des enfants en difficultés scolaires. Avec les parents d’élèves, ils chantent : “Nos maîtresses on veut garder, pas de classe supprimée !”
Michèle Picard, maire de Vénissieux, est venue soutenir le mouvement avec son adjoint Christian Falconnet, également conseiller général. “Dans le département, des décisions sont prises qui menacent l’école publique. Depuis janvier, on connaît des situations de non-remplacements comme jamais auparavant : 350 jours, en comptant les directions et les instituteurs. Dans notre ville, des fermetures de classes sont annoncées. En agissant en amont, les parents d’élèves du Clos-Verger ont une attitude responsable. J’espère que leur action fera boule de neige. La municipalité se battra à leurs côtés, comme elle l’a fait en 2010. Nous voulons une école de qualité et d’excellence à Vénissieux.”
Christian Falconnet s’insurge lui aussi devant un tel paradoxe : “Ou on veut donner la chance à tous les gones ou on ne veut pas la donner. À Jean-Moulin, il devait y avoir une classe sauvage à partir d’aujourd’hui. Finalement, un instituteur a été nommé. En fait, le gouvernement a décidé de créer des jardins d’éveil pour les 2-3 ans et l’inspection académique ne comptabilise plus les petits de moins de 3 ans. Pourtant, de nombreux parents désirent scolariser leurs enfants dès cet âge-là, qu’ils soient en zone ordinaire ou en ZEP !”
Pendant que parents et enfants chantent “Tous ensemble on va gagner, pas de classe supprimée”, Isabelle Mistral annonce : “Si cette première action ne fonctionne pas, on en fera d’autres !”

httpv://www.youtube.com/watch?v=c8dV5npa4Qc

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

L'ancien député-maire de Vénissieux exhorte la gauche et particulièrement son ancien parti, le PCF, à s'engager dans un "aggiornamento". Sous peine de disparaître.

Focus

Jour de fête pour le hand avec des retrouvailles entre les joueurs du VHB 2022 et ceux du HBV 85, qui avaient réussi le...

Actus

À l'initiative du conseil de quartier et de nombreuses associations, le Centre était en fête samedi, pour un beau succès d'affluence sur les places...

Actus

Des places Léon-Sublet et Henri-Barbusse requalifiées, et un redéploiement commercial pensé avec la Métropole : à moyen terme, le centre de Vénissieux est appelé...

Express

La Ville va mener du 25 juin au 31 août une campagne de capture des chats errants vivant en groupe, non identifiés et sans...