Sensual clean service : Michèle Picard porte plainte

Après la dénonciation publique, le recours à la justice. Le maire de Vénissieux, Michèle Picard, avait créé l’événement voici quelques semaines en s’indignant des activités de la société Sensual clean service. Société qui met à disposition de ses clients des jeunes filles en tenue sexy censées effectuer des tâches ménagères.
Le maire avait prévenu qu’elle n’entendait pas en rester là. Son intention étant clairement d’obtenir l’interdiction de ce commerce « scandaleux, consternant et sexiste”. Michèle Picard vient donc de porter plainte auprès du procureur de la République de Carcassonne, Antoine Leroy, compétent à ordonner une enquête en raison de la domiciliation de ladite entreprise. Il s’agit d’une plainte pour “racolage et mise en danger des personnes, atteinte à la dignité humaine et à l’image de la femme”.
Dans la lettre adressée au procureur en date du 3 mars, le maire de Vénissieux qualifie l’activité de Sensual clean service de “marchandisation du corps humain inadmissible”. Et considère qu’ “acccepter de telles pratiques, c’est exploiter la misère humaine”.
Avant ce dépôt de plainte, Michèle Picard avait déjà interpellé les autorités en adressant des courriers au Premier ministre François Fillon, au ministre du travail Xavier Darcos, à la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale Roselyne Bachelot, à la présidente du Medef Laurence Parisot, ainsi qu’au directeur départemental du Travail Bernard Cholvy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *