Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

James Frey à la médiathèque : un Américain à Vénissieux

Dans le cadre des Assises internationales du roman, organisées à Lyon par la Villa Gillet et le journal Le Monde, la médiathèque Lucie-Aubrac recevait ce 29 mai l’écrivain américain James Frey. Après une lecture d’extraits de son roman “L.A. Story” par la comédienne Aude Cortès, l’auteur a répondu aux questions du public. Son livre est un bel échantillonnage de la population de la mégalopole californienne, du clochard de Venice aux riches acteurs de Beverley Hills. “Tout le monde vient à L.A. poursuivre un rêve, expliquait James Frey. Quand on se lève le matin, on voit cette belle lumière mais la réalité est différente. Pour beaucoup de monde, cette ville est un crève-cœur. Les histoires de filles mexicaines qui deviennent servantes, des milliers de SDF ou d’enfants qui essaient de se faire une vie dans cette ville sont peu racontées dans notre littérature contemporaine. Los Angeles est une ville trop importante pour limiter un livre à un seul récit.”
James Frey l’avoue, il aime “brouiller les lignes entre la réalité et la fiction”. D’où ses démêlés avec la reine des talk-shows, Oprah Winfrey, dont il n’a pas parlé au cours de cette rencontre. “Nous sommes aujourd’hui bombardés d’informations et nous sommes obligés de les traiter rapidement pour les comprendre. J’ai fait pareil dans mon livre. Il contient énormément d’informations sur l’histoire de la ville. Je voulais bombarder mes lecteurs de ces informations, sans qu’ils sachent si elles sont réelles ou inventées. J’ai donc mis de vrais faits et de faux faits.”
Originaire de Cleveland, Frey adore Los Angeles. “Le livre est une lettre d’amour à L.A., cette sorte de lettre que vous écrivez à quelqu’un avec qui vous êtes marié depuis vingt ans, quand on sait ce qu’on aime et ce qui nous irrite chez cette personne. Los Angeles est devenue la capitale culturelle du monde. La culture actuelle n’est plus représentée par Shakespeare ou Beethoven mais par la musique, le cinéma, les séries TV, tout ce qui est produit à L.A.”
James Frey a déjà commencé l’écriture de son prochain roman, “The Final Testament of the Holy Bible”, qui peut se traduire par “Le testament final de la Sainte Bible”, l’histoire d’un Messie qui marche dans les rues de New York.
Avant de se séparer de son public, James lance, à propos de la médiathèque vénissiane : “C’est peut-être la plus belle bibliothèque que j’aie jamais vue !”

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également