Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Portes du Sud : vers une meilleure prise en charge du cancer

Le 14 juillet 2002, Jacques Chirac, alors président de la République, donnait le coup d’envoi d’un énorme chantier de lutte contre le cancer. En lançant le premier plan cancer, il invitait tous les professionnels à unir leur énergie. Avec l’objectif que chaque patient ait les mêmes chances de guérison, quel que soit son lieu de traitement. Ce qui requiert une coordination de soins autour du patient, le respect des bonnes pratiques cliniques et l’accès le plus large aux équipements et aux traitements innovants. Les centres hospitaliers ont jusqu’à la fin de l’année 2010 pour mettre en application ces directives. Le pôle mutualiste vénissian Les Portes du Sud s’y prépare activement. “Tous les établissements devront satisfaire une visite de conformité pour poursuivre cette activité de traitement du cancer, explique Leïla Najib, directrice adjointe de Resamut (réseau  de la Mutualité française du Rhône), dont dépend l’établissement de santé vénissian Les Portes du Sud. C’est à l’Agence régionale de santé (ARS) qu’il appartiendra de délivrer ou non une confirmation d’autorisation.” L’une des principales évolutions porte sur le niveau d’activité : des seuils ont été fixés aussi bien pour le traitement du cancer par chirurgie, chimiothérapie ou radiothérapie. Tous les types de cancers sont concernés. Pour que les établissements puissent continuer d’exercer, ils doivent dépasser un certain niveau d’activité. Le seuil est variable selon l’affection. Pour le sein, par exemple, il est fixé à trente interventions par an.

La Mutualité française du Rhône a fait une demande d’autorisation pour chacun de ses sites de l’agglomération : la clinique Eugéne-André dans le 3e arrondissement, la clinique du Grand Large à Décines, celle d’Ambérieu dans l’Ain, et le pôle hospitalier mutualiste Les Portes du Sud à Vénissieux. “Aux Portes du Sud, nous avons sollicité et obtenu le traitement du cancer par chimiothérapie et chirurgie pour toutes les affections soumises à seuil, à l’exception des cancers thoraciques car nous n’en traitons pas. Nous avons recruté deux oncologues médicaux, salariés de la clinique Eugène-André qui interviennent sur tous nos sites de l’agglomération lyonnaise. Ils complètent nos équipes de médecins titulaires du diplôme d’étude spécialisé en cancérologie (DESC).

Le patient suivi pas à pas

Outre une meilleure prise en charge médicale, le plan fixe de nouvelles conditions d’organisation concernant le dispositif d’annonce de la maladie. Les patients et leurs proches qui ont eu à faire face à l’épreuve du cancer le savent d’expérience : l’annonce de la maladie constitue un traumatisme. Cette information ne doit plus être brutale et impersonnelle comme c’est encore parfois le cas. “Dorénavant la consultation d’annonce doit durer au moins une vingtaine de minutes, reprend Leïla Najib. Au cours de cet entretien, le praticien précisera les différentes étapes du traitement et répondra aux questions du malade. Ce même médecin doit proposer un temps d’accompagnement soignant. Un personnel paramédical (infirmière, kinésithérapeute) ou psychologue recevra le patient et lui réexpliquera le parcours de sa prise en charge. Il bénéficiera d’un Programme personnalisé de soins (PPS) dans lequel seront notifiées les différentes étapes de son traitement. Le malade bénéficiera également d’une concertation pluridisciplinaire. Son dossier sera obligatoirement présenté au cours de réunions à laquelle participeront des oncologues, des radiothérapeutes, des spécialistes d’organes, des anatomopathologistes… Les spécialistes décideront et valideront la thérapeutique à mettre en œuvre. Le traitement spécifique sera décidé collégialement”.

Des centres de coordination en cancérologie (les 3C) sont enfin identifiés dans la plupart des établissements. Il s’agit d’une sorte de cellule qualité garante de la meilleure prise en charge possible du cancer.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également