Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Des salariés d’Apave en lutte pour leur pouvoir d’achat

Les syndicats du groupe spécialisé dans la maîtrise des risques ont appelé à la grève nationale à partir du 21 juin. Dans l’Est lyonnais, le point de rassemblement s’est tenu à Saint-Priest.

Le mouvement de grève national est également suivi par les salariés de l’agence de Vénissieux et du centre de formation de Saint-Priest

En ce début de matinée du 21 juin, la mobilisation se fait sans musique mais avec drapeaux et calicots. « Apave en grève », peut-on lire à l’entrée du centre de formation du groupe, au cœur de la ZAC Berliet.

La trentaine de grévistes présents sont rattachés à des agences de l’agglomération lyonnaise, dont celle de Vénissieux, qui emploie près de 80 salariés. Tous sont là pour défendre leur pouvoir d’achat, plus que jamais menacé par l’inflation galopante.

« L’évolution des salaires a été inférieure à l’inflation de 2021, » dénoncent les syndicats. L’intersyndicale craint une aggravation pour l’année en cours, avec une inflation dépassant 5 %.

Coiffé de sa casquette FO, Vincent Bonnier dénonce « une logique capitalistique au détriment du salarié et de la qualité » qui s’opérerait depuis quelques années à la tête du groupe.

Les premières négociations portent leurs fruits

La veille, des négociations ont tout de même abouti sur une avancée sur les bas salaires. La direction s’est engagée à verser des « talons » allant de 35 à 70 euros selon le niveau de rémunération mensuelle. Une augmentation des primes individuelles de l’ordre de 2 % est également promise. « Cette hausse des primes est significativement supérieure à celle des années précédentes mais les primes sont versées à la tête du client », estime Olivier Kien (CFDT).

Contacté par la rédaction, Gérard Cret, directeur des ressources humaines du groupe Apave, précise que « le mouvement, initié avant les négociations annuelles obligatoires, a abouti le 20 juin sur un consensus. Une clause de revoyure en septembre a été décidée. »

Côté syndicats, on attend un effort supplémentaire de la part de la direction. « Nous voulons une hausse générale des salaires pour limiter notre perte de pouvoir d’achat », indique Olivier Large (CFE-CGC).

Apave, plus de 150 ans d’histoire

Apave a été fondée en 1867 sous le nom « Association des propriétaires d’appareils à vapeur et électriques. Plus de 150 ans après sa création, ce groupe international revendique 12 650 collaborateurs répartis dans 130 agences, 170 sites de formation et 18 centres d’essais. Apave gère les risques techniques, humains et environnementaux des sociétés et collectivités. Elle participe également à l’entretien et à la préservation du patrimoine de France.

En 2021, l’entreprise génère un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros. En juillet de la même année, elle ouvre 36 % de son capital à PAI Partners. Son objectif est d’intégrer le top 5 mondial des leaders du contrôle des risques et de la certification d’ici à 2025.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Menacé de fermeture, le bureau d’études de Bosch gagne un sursis de six ans. Le groupe allemand tourne le dos au Diesel et investit...

Actus

Plusieurs dizaines de salariés ont entamé un mouvement de grève ce matin devant l'entrée du site Carso-LSEHL. Au-delà des revendications salariales, ils pointent un...

Actus

373 candidats pour 290 départs volontaires proposés. Le plan de rupture conventionnelle collective mis en place Renault Trucks rencontre un "succès" inattendu. Pour le...

Actus

Journée de grève, ce vendredi 11 janvier, chez Carso, pour revendiquer une augmentation générale des salaires. La dernière remonte à 2015 et n'était que...

Éco

Ils sont douze : cheminots, fonctionnaires, avocate, retraitée, étudiante, salariés du privé... Ils habitent ou ils travaillent à Vénissieux, ils sont en colère et...