Parole ambulante : appels d’air

Pour sa 26e édition, du 2 au 9 novembre, le festival de l’Espace Pandora multiplie performances poétiques, lectures musicales et expériences littéraires dans la métropole. Avec une soirée à Vénissieux le 8 novembre à 20 heures.

Après ce qu’on vient de vivre depuis plus d’un an et demi, le thème de la 26e édition du festival poétique et pluridisciplinaire Parole ambulante, portée gaillardement par l’Espace Pandora, tombe à pic. Quel meilleur programme en effet, par les temps qui courent, que d’« aérer le réel » ?

Pour nous donner cette respiration salutaire, Pandora va multiplier, du 2 au 9 novembre, performances poétiques, lectures musicales et expériences littéraires dans la métropole. « Nous avons besoin d’air, écrit dans l’édito de la manifestation Thierry Renard, directeur artistique de Pandora. Et nous avons, surtout, besoin des autres. »

Il ajoute encore un argument qui ne peut que nous rallier tous : « Aérer le réel, c’est tout bonnement rendre notre réalité plus fluide, plus perméable, plus vivante et, surtout, plus humaine (…) Aérer le réel, c’est donc aérer le présent et son avenir le plus immédiat. »

Nancy Huston, lors de son passage à la médiathèque Lucie-Aubrac en 2009 (Photo Raphaël Bert)

Sous le marrainage de Sylvie Fabre G., on retrouvera ici ou là des écrivains et poètes (Nancy Huston, Samantha Barendson, Mohammed El Amraoui, Daniel Pozner, Maria Berlioz, Terez Bardaine, Sylvie Lagnier, Gaëlle Joly Giacometti, Michel Ménaché, Marc Delouze, Liliane Giraudon), la comédienne-poète Élisabeth Granjon (qui travaille régulièrement avec Traction Avant), le musicien-poète Dimitri Porcu, la plasticienne Catherine Ursin, les musiciens Charko, Maxime Perrin et Lionel Martin, le poète, plasticien et vidéaste Kenny Ozier-Lafontaine, la compagnie des arTpenteurs, le comédien Emmanuel Amado, la plasticienne et poète Christine Célarier, plusieurs chanteuses (la Vénissiane Sonia Viel et la Marseillaise Isabelle Bonnadier), etc.

Textes et improvisations à l’église Saint-Germain

Signalons encore que Katrina Apostopoulou recevra le prix René-Leynaud à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu le 6 novembre à 11 heures, pour son très beau livre, J’ai vu Sisyphe heureux (éditions Bruno Doucey).

Puisqu’ambulante, la parole se posera le 8 novembre à 20 heures à Vénissieux, à l’église Saint-Germain (place Léon-Sublet). On retrouvera Terez Bardaine et Sylvie Fabre G., accompagnées par le saxophoniste improvisateur Lionel Martin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *