Chômage : Pôle emploi sur le pied de guerre

À la fin du second trimestre, 8 914 Vénissians étaient inscrits à Pôle emploi en catégorie A, B ou C. Si l’augmentation est finalement moins importante que celle observée au niveau régional, la rentrée pourrait s’avérer particulièrement difficile sur le front du chômage.

Photo archives – Raphaël Bert

Pour ce second trimestre 2020, on ne s’attendait pas à une embellie des chiffres du chômage. Avec 8 690 personnes inscrites en catégories A, B ou C* en fin mars dernier, la situation n’était déjà guère reluisante. La catégorie A avait déjà subi une augmentation de 3,3 % et regroupait alors à elle seule 5 904 personnes. Mais pour le second trimestre, selon les données brutes fournies par l’agence locale de Pôle emploi, la ville compte désormais 8 914 demandeurs d’emploi en catégories A, B ou C, soit une évolution annuelle de 4,1 %. Pire, les chiffres de la catégorie A s’envolent pour atteindre 6 375 demandeurs (+ 12,7 %). Ce sont les jeunes, comme souvent, qui paient le plus lourd tribut à la crise, avec une augmentation de 30 % des inscrits en catégorie A.

Reste que ces chiffres témoignent d’une dégradation de la situation relativement bien contenue. Lorsque les inscriptions augmentent globalement de 4,1 % à Vénissieux, la Région accuse une hausse de 6,3 %. L’écart est encore plus flagrant pour la catégorie A, où la poussée atteint 12,7 % en local contre 19,8 % en Auvergne Rhône-Alpes. « Tous les chiffres sont dans le rouge, avec des augmentations à tous les niveaux, observe Corinne Nicolas, la directrice de Pôle emploi. Mais la population vénissiane résiste finalement mieux, car elle possède des qualifications essentielles au fonctionnement du pays : logistique, transports, services à la personne par exemple (…). Une qualification en adéquation avec les demandes du marché, c’est la garantie de passer la crise sans rester à Pôle emploi trop longtemps. » Et de souligner que les Vénissians, peut-être plus mobiles que d’autres, se montrent « réactifs » et « arrivent à se placer ». Une situation totalement différente de 2019, salue la directrice.

La situation des intérimaires, personnes en CDD et autres précaires, n’est par ailleurs pas aussi catastrophique que prévu, alors que le précédent trimestre les avait vus écartés de l’emploi à cause du confinement. « La situation des personnes précaires est contrastée, analyse Corinne Nicolas. Elle est certes délicate dans le commerce et l’industrie. Mais dans les secteurs en tension comme la sécurité, le transport, la logistique ou les services à la personne, la demande augmente. »

Une situation inédite

Et maintenant ? « Nous ne savons pas quel sera le rythme de la reprise économique. Pour l’instant, nous n’avons pas subi de vagues massives de licenciements économiques. Mais le tourisme et le commerce sont en difficulté, cela peut donc arriver, même si les allègements de charge et le chômage partiel ont pu limiter les dégâts, avance la directrice. Subsiste aussi l’inconnue de la maladie et des confinements qu’elle pourrait provoquer ici ou là, des difficultés de trésorerie des entreprises, de leur capacité à se positionner sur leurs marchés. » On notera aussi que les étudiants et les lycéens qui viennent de finir leur scolarité ne se retrouvent pas dans ces chiffres du second trimestre.

Quoi qu’il en soit, l’agence locale se prépare à faire face, « soit à une vague importante d’inscriptions, soit à un tsunami ». « Depuis 25 ans que je suis directrice d’agence, je n’ai jamais connu une situation pareille, celle d’une pandémie, confie Corinne Nicolas. Le maître-mot, ce sera la continuité du service public pour assurer l’inscription, l’indemnisation, et l’accompagnement des demandeurs d’emploi, même si nous devons nous reconfiner. »

L’agence de Vénissieux, qui entend jouer à fond la carte de la formation, a recruté neuf agents pour revenir à son effectif habituel de 60 personnes, et recruté en plus trois personnes en CDD. Des emplois créés à Pôle emploi, ce n’est pas un bon présage.

(*) Les différentes catégories :
A : personnes sans emploi, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche
B : personnes ayant exercé une activité de 78 heures maximum par mois, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche
: personnes ayant exercé une activité de plus de 78 heures par mois, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche


Un forum pour les jeunes le 8 octobre
Le 8 octobre prochain, dans le cadre de la semaine de l’emploi, l’agence vénissiane Pôle emploi, la Mission locale et la Ville organiseront à la salle Joliot-Curie un Forum pour l’emploi des jeunes, ciblé pour les 16 à 25 ans. Il sera dématérialisé au besoin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *