Petite enfance : Le Miroir se coiffe d’une crèche

Nichée au 4e étage de l’immeuble Le Miroir, boulevard Ambroise-Croizat, la crèche La Maison Bleue a ouvert ses portes le 24 février dernier. D’une superficie de 400 m2, elle bénéficie d’une grande terrasse de 86 m2, et propose pour l’instant 23 berceaux.

Jeudi 4 mars, 9h30 : Naelle et Nael (4 mois), Adam (7 mois), Aelyah (20 mois) et Djibril (2,5 ans) écoutent calmement des chansons. Les tout-petits sont allongés, tandis que les « grands » sont assis sur les genoux de Laurie, auxiliaire puéricultrice, Anaïs et Hatice, titulaires d’un CAP petite enfance. Aelya frappe dans ses mains, Adam lance un immense sourire. Les enfants sont pieds nus, les professionnels en blouse bleue. Nous sommes dans l’une des trois unités de cette nouvelle crèche, ouverte le 24 février au 4e étage de l’immeuble Le Miroir, boulevard Ambroise-Croizat. Ici, ni chaise haute ni transat. Des murs couleur pastel, des unités vastes et lumineuses qui donnent sur les salles de change et les dortoirs. Le tout dans une vraie démarche écologique puisque la plupart des jeux et meubles sont en bois.

 

Autour de la pédagogie Montessori
« Nous avons pour l’instant 23 berceaux, indique Amandine Grau, infirmière puéricultrice, directrice de l’établissement. Nous accueillons les enfants de 2,5 mois à 4 ans. D’ici à septembre, nous devrions obtenir l’agrément pour 33. Dans le cadre d’une délégation de service public, une vingtaine de ces berceaux est réservée aux petits vénissians. Nous recevons les enfants en périscolaire le mercredi et pendant les vacances. Nous accueillons également des enfants porteurs de handicap. »

Les bambins sont répartis en trois unités de vie. Sept professionnelles assurent l’encadrement. Elles accompagnent au quotidien les familles et s’inspirent de la pédagogie Montessori. « Le projet éducatif repose sur la sécurité affective et l’autonomie de l’enfant, l’acquisition de repères, le respect de ses rythmes, le soutien dans ses émotions et ses désirs, poursuit la directrice. Les enfants ont leur propre lit, ils s’installent toujours à la même table pour déjeuner, ils ont la même référente. L’enfant qui arrive va vivre une socialisation en douceur. Le premier jour on l’accueille pendant une heure, puis on augmente progressivement, toujours en présence de papa ou maman. »

Les parents sont en effet au centre du projet. « On organise une fois par mois un café parent animé par nos professionnelles, le médecin de la crèche ou la psychologue, détaille Amandine Grau. Il y a aussi des temps festifs : fêtes de fin d’année, carnaval… Et grâce à une application installée sur leur téléphone, les parents peuvent être en lien avec la crèche : on y trouve les menus, des photos, et toutes sortes d’autres informations. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *