«Ne rien laisser passer». La majorité municipale de Vénissieux dénonce les insultes sur les réseaux sociaux

« Nous ne laisserons pas des populistes pourrir la vie citoyenne et démocratique de notre ville ». Dans un communiqué envoyé à la presse le 4 décembre, les élus de la majorité municipale de Vénissieux se félicitent de deux décisions de justice récentes, concernant des propos tenus sur les réseaux sociaux. Celle du 17 octobre condamnant l’auteur d’injures publiques contre plusieurs adjoints au maire, et celle du 21 novembre, condamnant un conseiller municipal d’opposition pour injures publiques à l’encontre du maire, Michèle Picard.

« Ceux qui se cachent derrière leur écran pour injurier et qui nient leur responsabilité devant la justice, tout en s’en vantant dans leur cercle, tentent de faire croire que la justice leur aurait donné raison. Il faut donc répéter que la décision de justice reconnait les injures publiques signées de pseudos mais qu’il n’a pas été possible de prouver qui en étaient les auteurs, et qu’en droit, le doute bénéficie toujours à l’accusé. Mais il y a bien injure, et celui qui hébergeait ces injures est lourdement condamné » rappellent les élus.

« Nous savons que se multiplient sur les réseaux sociaux des mensonges, des rumeurs, des attaques personnelles allant jusqu’aux injures et insultes, venant d’un petit nombre de personnes prêtes à toutes les vulgarités pour dénigrer la ville, quitte à en dénigrer les habitants. Nous constatons qu’une femme maire est attaquée sur des thèmes et avec des mots qui n’avaient jamais été utilisés pour ses prédécesseurs.
En ces temps où les dénonciations d’attitudes sexistes révèlent l’ampleur du mépris et des violences envers les femmes, il est important de ne rien laisser passer, de dénoncer chaque injure, chaque insulte » poursuit le communiqué.

« Nous ne laisserons pas des populistes pourrir la vie citoyenne et démocratique de notre ville. Nous continuons à travailler ensemble au service de l’intérêt général, de l’intérêt de tous les Vénissians, des plus fragiles qui ont tant besoin de la défense des solidarités et des services publics, à ceux qui sont le plus demandeurs d’une ville dynamique et en développement.
Nous continuons à travailler pour faire grandir la citoyenneté dans notre ville, associer plus d’habitants avec nos conseils de quartiers, le conseil citoyen du développement humain durable, le conseil municipal des enfants, contribuer à toutes les initiatives de démocratie participative et de citoyenneté de nos partenaires ».

« Nous connaissons la profondeur de la crise sociale, économique, politique, et de ses dégâts humains, mais nous connaissons aussi la richesse humaine, la solidarité et la créativité des Vénissians de toutes générations. Nous les appelons à refuser ces dérives sexistes et vulgaires, à choisir et vérifier leurs sources d’informations, même et surtout sur internet, à contribuer à une vie démocratique locale vivante et citoyenne ».

Les signataires : Pierre-Alain Millet (pour le groupe communiste et républicains), Idir Boumertit (pour le groupe Parti de Gauche), Georges Bottex (pour le groupe Europe Ecologie Les Verts), Sandrine Picot et Danièle Gicquel (personnalités socialistes), Nadia Chickh (PRG), Thierry Vignaud (MRC), Djilannie BenMabrouk (société civile).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *