Le maire de Jenine à Vénissieux, pour les Rencontres internationalistes

C’est un événement que la venue vendredi 30 janvier à Vénissieux du maire de Jenine, pour les 7e Rencontres qu’organisent les communistes de la ville. Accompagné d’une délégation de Jenine et d’un membre de l’ambassade de Palestine, Walid Abou Mweiss ouvrira ces journées, à 18h30 à la salle Irène-Joliot-Curie. Il participera à un débat sur le thème « Paix et justice en Palestine », co-organisé avec l’association Jenine-Vénissieux.

« Avec nos 7e Rencontres, nous voulons montrer le lien entre ces actes de guerre que sont les attentats de Charlie ou de Vincennes, et ce qui se passe en Palestine, au Vénézuela, ou en Ukraine, expliquent les organisateurs. Et le rôle que jouent les organisations fascistes, qu’elles soient d’inspiration chrétienne ou islamiste. Car pour nous, les djihadistes sont des fascistes. Les guerres et le terrorisme semblaient à certains, chez nous, des enjeux lointains. Ils oubliaient que les guerres sont dictées par des intérêts économiques. » 

Les rencontres se poursuivront samedi par un débat sur « Le droit à l’indépendance face aux USA », auquel participeront les ambassadeurs de Bolivie et du Venezuela en France et un conseiller politique de l’ambassade de Cuba (à 9h30). Comme le veut la tradition installée depuis sept ans, Michèle Picard accueillera les diplomates, à midi.

L’après-midi débutera par des lectures sur « 1914-2014 : et toujours la guerre ? ». Thierry Renard prêtera sa voix à des soldats de 1914-18, et lira des témoignages venus d’Odessa. Les discussions reprendront à 14h30, d’abord sur le thème « La guerre en Ukraine, néonazis et résistants », puis à 16h30 : « Trente ans après l’URSS, le socialisme et les luttes ». Ces débats verront la participation d’un représentant du PC d’Ukraine, d’une jeune députée communiste d’Odessa, d’universitaires, etc.

Les Rencontres se termineront en musique avec la fanfare Le RéGrave, et autour d’un bortsch.

Tout au long de ces journées, exposition de la peintre Eleni Patakou, stands d’éditeurs, et exposition sur ce qu’on appelle « le crime d’Odessa » —au moins 40 personnes tuées à coup d’armes à feu ou brûlées vives dans la maison des syndicats d’Odessa en mai 2014, 200 autres grièvement blessées ou brûlées. Les mères, qui ont perdu un proche, se sont organisées en comité et témoignent de l’horreur.

Rencontres internationalistes

Salle Irène-Joliot-Curie à Vénissieux. Entrée libre. 

Inscription aux repas souhaitée. Mail : pcf@venissieux.org. Téléphone : 04 72 50 44 34.

Chorba le vendredi soir (5 euros) ; buffet le samedi midi (5 euros) ; repas autour d’un bortsch le samedi soir (20 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *