Une famille expulsée malgré l'interdiction du maire !

expulsionsDepuis le 4 avril, légalement, du fait de trois arrêtés pris par le maire, « les expulsions locatives, les coupures d’énergies et les saisies mobilières pour les personnes les plus en difficulté et en fragilité pécuniaire« , sont interdites sur le territoire de la commune de Vénissieux. Cela n’a pas empêché une famille habitant une résidence Alliade, à Parilly, d’être mise à la rue, le jeudi 24 avril, pour des impayés de loyer.
Grâce à l’interposition de voisins, l’huissier n’a pu saisir les meubles. Il est revenu le lundi suivant, accompagné de policiers, mais la solidarité du voisinage a encore joué. Des membres du Réseau d’alerte et de solidarité, de la CNL et la conseillère générale communiste, Marie-Christine Burricand, étaient également sur place.
« Nous avons proposé à l’huissier de payer une partie du loyer mais il n’a pas accepté, témoignait une voisine. Nous nous inquiétons pour cette famille. Nous avons accueilli la femme et les enfants et le mari dort dans sa voiture depuis trois jours. »
Cette première expulsion du printemps 2014 a suscité une vive réaction du maire. « À ce jour, la validité de mes arrêtés n’a pas été contestée par le Préfet, souligne Michèle Picard, et ils sont donc exécutoires de plein droit. Pourtant une expulsion a eu lieu, malgré l’interdiction ! C’est intolérable. Une nouvelle fois, le principe de la libre administration des collectivités est remis en cause, comme en 2012 où six expulsions avaient eu lieu avant l’audience au tribunal administratif, préjugeant d’une décision de justice. Cette année nous n’avons même pas encore reçu de requête en référé. »
Et le maire de rappeler le drame, survenu il y a tout juste un an, de cette septuagénaire retrouvée morte dans son appartement par les forces de police venues l’expulser. « Avec ces arrêtés, insiste Michèle Picard, j’entends combattre l’intolérable et défendre le droit à une vie digne. Ce ne sont pas que des mots. Ce sont des actes administratifs réels et concrets, qui ne peuvent être ignorés jusqu’à leur éventuelle suspension. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *