Carbone Savoie : inquiétude après la fermeture annoncée du site de Lannemezan

Carbone SavoieLa société Carbone Savoie (groupe Rio Tinto), spécialisée dans la fabrication de produits cathodiques pour l’industrie de l’aluminium, a annoncé en début de semaine, lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire, la fermeture de son usine de Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées. Ce qui entraînera la suppression de soixante emplois directs.
Selon la direction, cette réorganisation est “indispensable pour assurer l’avenir de l’entreprise”, dans un contexte de réduction des volumes d’échanges et de baisse des prix. Elle prévoit le transfert des activités de Lannemezan vers ses deux autres sites de Notre-Dame-de-Briançon et Vénissieux. Ces derniers n’en seront pas moins impactés par le plan de réorganisation : l’usine savoyarde perdra 20 emplois et celle de Vénissieux quatre.
Par solidarité avec leurs collègues de Lannemezan, mais aussi parce qu’ils sont inquiets pour la pérennité de l’entreprise, les salariés vénissians ont cessé le travail ce vendredi après-midi, à l’appel d’une intersyndicale composée de la CGT, de FO et de la CFE-CGC. “On comprend d’autant moins cette annonce que le groupe Rio Tinto a dégagé un bénéfice de 10,2 milliards de dollars en 2013, en progression de 10 % par rapport à l’année précédente, souligne Frédéric Altieri, délégué syndical CFE-CGC. Quant à Carbone Savoie, elle a fait 2 millions d’euros de cash-flow (N.D.L.R. : flux de trésorerie) en 2013.”
Pour Laurent Frutoso, délégué CGT, “s’il est vrai que l’entreprise traverse une passe un peu moins favorable, rien ne justifie économiquement qu’on en vienne à des mesures aussi violentes.” Et son collègue de FO, Pascal Miralles, d’affirmer : “C’est une décision purement financière, destinée à satisfaire les actionnaires qui ont déjà vu leurs dividendes progresser de 10 % l’an dernier. Cette stratégie nous inquiète quant à la volonté du groupe à maintenir l’outil de production. Lannemezan a bénéficié récemment de gros investissements, et maintenant le site doit fermer ! Qui nous dit qu’ils ne feront pas la même chose à Vénissieux où près de 20 millions d’euros ont été investis dans la mise en place d’un nouveau système de traitement des fumées ?”
Les salariés ont prévu de reprendre le travail ce week-end. Mais la grève pourrait redémarrer dès lundi à l’appel de l’intersyndicale. « Tout se joue maintenant, précise Laurent Frutoso, quand la procédure du plan de restructuration sera officiellement lancée il n’y aura plus de place à la négociation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *