6e Mondiaux d'athlétisme handisport à Vénissieux : dix jours show, très show même

Tout avait bien commencé pour ces 6e Mondiaux d’athlétisme paralympiques à la sauce vénisso-lyonnaise… Du monde, des tribunes bondées… et un violent orage pendant la cérémonie d’ouverture. Il n’y avait donc pas de raison que, pour la cérémonie de clôture, il en soit autrement. Dimanche 28 juillet, peu après 13h30, des trombes d’eau ont mis fin à dix jours de fêtes sans frontières avec les dernières épreuves de marathon réservées aux T11, T12, T46… et remportées par une Chinoise (Valenzuela), une Marocaine (Chentoiuf), une Italienne (Di Lello).
Que retenir de ces Mondiaux ? Beaucoup de bonnes et belles choses. On les quitte avec des souvenirs plein la tête et la certitude que l’ensemble des athlètes présents avaient le haut niveau : condition physique parfaite et des résultats qui laissent pantois, songeurs et admiratifs, à l’image des 20’’66 sur 200m réussis par le médiatique Brésilien Alan Oliveira ou les 7m95 à la longueur de l’Allemand Markus Rehm et surtout le one-man-show du Suisse Marcel Hug, qui a décroché sa cinquième médaille d’or (six en tout) de ces championnats en remportant le marathon fauteuil dans l’excellent temps de 1h28’44″. D’autres images saisissantes comme la victoire de l’Algérien Lahouri Bahlaz, classé en catégorie F32/F33/F34 (athlètes quadriplégiques spastiques, qui a lancé le disque à 22,75 m, nouveau record du monde. Sur le podium, il a reçu une ovation incroyable, tout comme Marie-Amélie Le Fur. Battue sur le 200, la capitaine tricolore rapporte trois médailles d’argent de ces Mondiaux. Des Jeux réussis, chaleureux et qui ont rappelé que la Région avait un bien beau outil avec ce stade du Rhône à Parilly. Une enceinte sportive qui mériterait d’accueillir régulièrement des événements de portée nationale… pour le moins.

Lahouari Bahlaz en plein effort (photo Asiafac)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *