Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

À Monmousseau, une fin de réhabilitation difficile

Si la réfection des tours s’est bien passée, l’aménagement des espaces extérieurs – qui prévoit notamment l’installation de caméras de surveillance – est sérieusement perturbé. Le bailleur, Alliade, a décidé de s’adapter… sans renoncer.

Le chantier de rénovation des trois tours restantes du quartier Monmousseau (trois ont été démolies en 1983 et trois autres en 2004) est sur le point de s’achever. La réhabilitation proprement dite des immeubles est terminée. Le bailleur, Alliade, a injecté trois millions d’euros dans le ravalement des façades, l’isolation thermique, et la requalification des halls d’entrée qui donnent désormais sur l’espace central du quartier. Une baisse de 25 % de la consommation de chauffage est attendue. Ce qui devrait permettre de compenser la hausse des loyers.
“Les travaux sur les tours se sont bien passés, se félicite Cédric Labrosse, responsable territorial chez Alliade. Mais c’est beaucoup plus difficile concernant les espaces extérieurs. Nous avons de gros problèmes depuis quelques semaines. Une toute petite minorité sabote le travail des entreprises. Deux candélabres sur les trois que nous avions installés ont été brûlés et déboulonnés. L’enrobé en béton désactivé a été détérioré. On sent une véritable pression autour de cette fin de chantier.”
Une pression qui est due — Cédric Labrosse en est convaincu — au projet d’installation de cinq caméras de surveillance en haut des candélabres. Alliade a en effet l’objectif de ramener la tranquillité et de permettre aux habitants de se réapproprier les pieds d’immeubles, qui demeurent un important lieu de trafics, en particulier de stupéfiants.
Alliade a prévenu la Ville et le commissariat de police de ses difficultés. Des plaintes ont été déposées. Une réunion de crise a par ailleurs été organisée le 21 mai avec toutes les entreprises engagées sur le chantier. « Nous avons décidé de retirer les candélabres de façon provisoire, indique Cédric Labrosse. Nous allons nous concentrer dans un premier temps sur la réalisation du béton désactivé. Nous ne pouvons couler que 200 m2 (sur un total de 1500 m2) à la fois. Et il faut huit heures de séchage. Nous aurons recours à un gardiennage pour empêcher les dégradations. Ensuite, nous poserons les candélabres. Nous n’avons aucune intention de renoncer à notre projet de vidéosurveillance. »
Le chantier devrait être totalement achevé à la mi-juillet.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Sous forme d'un jeu rallye, les nouveaux arrivants du lycée Jacques-Brel ont découvert sur deux jours les différentes structures jeunesse de la Ville.

Sports

Vénissieux FC a le chic pour trouver des entraîneurs XXL… Figure marquante du foot régional, Karim Bounouara remplace Andréa Damiani.

Actus

Chanel, référence en matière d’enveloppe extérieure de bâtiments, célèbre ses 60 ans. Le groupe s’est doté d’un siège social à la hauteur de ses...

Focus

Des centaines d'ados du plateau des Minguettes ont pu rencontrer des policiers venus leur proposer des animations sportives.

Actus

Pendant un mois et demi, des jeunes demandeurs d’emploi de Vénissieux mutualisent leurs compétences.