Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Devoirs de vacances : ne leur en demandez pas trop !

Selon un sondage réalisé par la Sofres pour les éditions Hachette, les Français sont les plus grands consommateurs de cahiers de devoirs de vacances.  60% des enfants les feraient avec leurs parents. Le hic : 91% d’entre eux s’y attellent moins d’une fois par semaine. D’où des séances de travail forcé qui tournent souvent au cauchemar.

Les révisions d’été sont-elles vraiment utiles ? Nous avons demandé leurs avis à des enseignants vénissians.

Les devoirs de vacances, est-ce une corvée des devoirs de vacances ou une bonne préparation à la rentré scolaire ? Au rayon livres d’une grande surface vénissiane, où toutes sortes de cahiers sont exposés, les mamans ne parlent pas de corvée. Sarah est venue avec sa fille de 8 ans qui entre en CE2. “Nous choisissons ensemble ce qui lui convient le mieux. En juillet, elle reste à Vénissieux : nous l’avons inscrite à la maison de l’enfance Louis-Pergaud. En août, nous partons à la montagne. C’est là que nous reprendrons les bases de son année de CE1. Nous la ferons travailler une heure par jour, pas plus. Par ailleurs, notre fille aime beaucoup lire. Nous allons régulièrement à la bibliothèque Anatole-France ainsi qu’à la médiathèque pour prendre des livres. C’est vraiment des bons moments à partager”. Et quand je m’étonne de son choix de cahier de CE2, la maman avoue en souriant qu’elle aimerait bien que sa fille prenne un peu d’avance !

Un peu plus loin, Véronique, maman de Baptiste, futur collégien, hésite. “Scolarisé à l’école du Centre, il entre en sixième à La Xavière en septembre. Je voudrais qu’il révise le français, et les maths.” Seul souci : l’ado ne semble pas très motivé !
Les enseignants sont très mitigés. Il y a les adeptes comme Christine : “Moi j’y suis favorable parce qu’en deux mois les enfants oublient vite. En revanche, il ne faut pas qu’ils travaillent tout seuls. Il faut prendre le temps de devoirs comme un moment de détente, de partage autour d’un livre par exemple. Mais je ne suis pas favorable à l’achat des cahiers. Je trouve préférable qu’ils se replongent dans les cahiers de l’année qui vient de se terminer, au lieu de les jeter ou de les garder dans un placard en souvenir ! Nathalie, elle, est plus réservée : “Quand je vois des parents qui achètent des cahiers pour les maternelles, je suis horrifiée ».
Si on se décide, quand commencer ?  Il n’y a pas vraiment de règle. Certains  vous diront de ne faire aucun break … D’autres de laisser les enfants souffler et de ne commencer qu’en août. Mais dans un cas comme dans l’autre, cela ne veut pas dire y passer trois heures par jour ! Un quart d’heure à une petite heure de devoirs et un peu de lecture sont largement suffisants pour ne pas perdre le fil. À chacun de choisir ce qui lui convient le mieux ou plutôt, ce qui convient le mieux à l’enfant.  Et puis surtout, si possible, profitez des vacances pour passer du temps avec vos enfants. Faire un herbier, visiter un musée, les emmener au parc de la Tête d’or ou de Parilly à la découverte des espèces, faire des dessins,  de la cuisine, aller au cinéma, discuter d’un film,  sont autant d’activités qui vont le stimuler.

Il ne nous reste  plus qu’à vous souhaiter de bonnes vacances…  sans stress !

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

L'ancien député-maire de Vénissieux exhorte la gauche et particulièrement son ancien parti, le PCF, à s'engager dans un "aggiornamento". Sous peine de disparaître.

Focus

Jour de fête pour le hand avec des retrouvailles entre les joueurs du VHB 2022 et ceux du HBV 85, qui avaient réussi le...

Actus

À l'initiative du conseil de quartier et de nombreuses associations, le Centre était en fête samedi, pour un beau succès d'affluence sur les places...

Actus

Des places Léon-Sublet et Henri-Barbusse requalifiées, et un redéploiement commercial pensé avec la Métropole : à moyen terme, le centre de Vénissieux est appelé...

Express

Il est désormais possible s'inscrire à l'opération Tranquillité vacances via une plateforme commune aux services de police et de gendarmerie.