L’historien Alain Belmont à la médiathèque Lucie-Aubrac : une histoire sans fin

À l'issue de sa conférence, Alain Belmont s'est livré à une séance de dédicaces

On ne doutait pas de son talent, ici à “Expressions”, et notre ami Alain Belmont nous en a offert une nouvelle preuve lors de la conférence qu’il a donnée à la médiathèque Lucie-Aubrac samedi dernier, après la publication des “Chroniques vénissianes” aux éditions La Passe du vent, à l’occasion du 20° anniversaire du journal « Expressions ».

Ce “passionné de Vénissieux”, ainsi que l’a appelé le maire Michèle Picard, ce professeur d’histoire moderne à l’université Grenoble 2 a prouvé combien il connaissait ce passé, un passé dont il désire par-dessus tout qu’il puisse “continuer à vivre”. “Je n’ai jamais vécu à Vénissieux, a commencé Alain Belmont, mais j’ai un petit lien familial avec elle : ma mère et ma grand-mère vivaient à Parilly et j’ai fait ma thèse de doctorat sur les maçons et charpentiers de la commune. Pendant un an, j’ai travaillé uniquement sur les archives de Vénissieux, qui sont parmi les plus riches de la région. La ville totalise ainsi 117 registres de notaires qui remontent à 1494.”Alain Belmont a parlé de son travail, images à l’appui, avant de répondre aux questions d’un auditoire aussi nombreux que captivé. Il montre, par photos interposées, les différentes sources qu’il utilise : imprimés, textes écrits à la main, “pas toujours faciles à lire”, et documents iconographiques. Comme ce plan de Lyon et ses alentours : en zoomant sur la partie vénissiane, on voit qu’il est fait mention d’un moulin à vent, qui donnera son nom au quartier.
Puis il parle des articles qu’il écrit dans notre journal : ils naissent d’une demande de la rédactrice en chef (les 40 ans des Minguettes) ou d’un lecteur (les origines du sport à Vénissieux), parfois des passions d’Alain (un accident d’avion sur un terrain de sport au parc de Parilly). Ils sont la preuve de la curiosité du chercheur, qui fouille sans cesse les archives à la recherche d’une histoire incroyable. Notre ami s’intéresse aux personnages du passé comme s’ils étaient encore vivants et, de sa belle plume, leur redonne des couleurs pour nous les rendre familiers.
“Chaque jour qui passe, lançait Alain Belmont à ses lecteurs, vous écrivez cette histoire de Vénissieux. C’est une histoire sans fin. Votre ville a une personnalité. C’était la même il y a plusieurs siècles. Son caractère rebelle était déjà là au XVIe siècle. Sa générosité aussi, avec cette aide mutuelle qui continue aujourd’hui.”

« Chroniques vénissianes – Expressions du passé 14e siècle – 20e siècle ». Editions La Passe du vent. Prix de vente : 12 euros.

On peut se procurer le livre notamment à la maison de la presse Jusselme, à Vénissieux. Renseignements auprès de l’Espace Pandora. Téléphone : 04 72 50 14 78.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *