T10 : le quotidien avec un nouveau tram en questions

Mardi, ils étaient une centaine de Vénissians à échanger sur le projet de tramway T10, et notamment sur ses deux variantes de tracés. Mais pas seulement.

Mardi 14 septembre au soir, ce sont près de 100 Vénissians qui ont participé à la réunion de concertation pour le futur tramway T10. L’occasion pour les habitants d’échanger avec les élus — municipaux et métropolitains — et les responsables du Sytral.

De fait, les questions de l’assistance ont été nombreuses et les sujets évoqués, très concrets. Car au-delà des deux variantes de tracés à l’étude (sur le boulevard Gérin puis la rue Eugène-Maréchal ou sur la rue Émile-Zola pour ensuite tourner sur l’avenue Jean-Jaurès), les habitants ont souhaité se projeter au maximum sur ce que sera leur quotidien avec une nouvelle ligne de tramway dans le centre de Vénissieux.

« Que va devenir la ligne C12 ? », a par exemple demandé une habitante. « Comme les lignes 60 et 93, qui desservent le centre-ville, la ligne C12 fera l’objet d’une réorganisation pour améliorer sa complémentarité avec le T10 », a-t-on fait savoir du côté du Sytral. « Si le tramway passe sur le boulevard Laurent-Gerin, comment vont circuler les riverains ? », a interrogé un habitant. « Les études sont en cours, mais plusieurs options existent, a répondu Jean-Charles Kohlhaas, vice-président en charge des déplacements, de l’intermodalités et de la logistique urbaine. Sur un court passage devant le théâtre de Vénissieux, on pourrait fonctionner soit en mixité, soit dévier le trafic sur la voie qui passe à l’arrière du bâtiment. »

« Il nous est proposé de choisir un passage du tramway, soit avenue Jean-Jaurès, soit boulevard Laurent-Gerin, relevait pour sa part Henri Thivillier, délégué de quartier du centre et ancien adjoint au maire en charge de l’urbanisme. Je propose un passage du tram par les deux voies, la première dans un sens de circulation, la seconde dans l’autre. » « C’est possible techniquement, a répondu Jean-Charles Kohlhaas. Mais cette solution pose un problème de clarté et de lisibilité pour les voyageurs, avec des stations différentes pour monter et pour descendre. L’idée sera étudiée, mais ce n’est pas celle que l’on préfère. »

« On nous annonce dix minutes entre chaque tramway, c’est trop peu », a assuré une autre riveraine. « La fréquence peut être adaptée en fonction du nombre de voyageurs et des besoins, lui a-t-on répondu. On peut descendre à 5 minutes aux heures de pointe. » « De plus, a ajouté Michèle Picard, maire de Vénissieux, il est possible d’utiliser des rames plus longues, comme cela a été le cas avec le T4. En cas de besoin, cela permettrait d’accueillir plus de voyageurs. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *