Masque et hommage pour une rentrée scolaire particulière

Ce matin, les élèves de Vénissieux ont repris le chemin des classes. Avec de nouvelles consignes sanitaires à respecter, et un hommage à rendre à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie assassiné le 16 octobre dernier dans les Yvelines.

Devant le groupe scolaire Jean-Moulin, sur le plateau des Minguettes, ce lundi matin, les enfants se pressent près du portail, alors que les vacances d’automne sont terminées. Quinze jours sont passés depuis la fin des classes, et sur le plan sanitaire, les nouvelles se sont précipitées entre-temps (couvre-feu, nouveau confinement…). Les dernières consignes semblent en tout cas bien suivies : tous les élèves, ou presque, portent le masque, afin de contribuer à la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Ceux qui ne l’ont pas encore, ou le portent sous le menton, sont vite rappelés à l’ordre par Christophe Tsalichis, le directeur : « Il faut le porter dès l’entrée, et couvrir à la fois le nez et la bouche », rappelle-t-il aux distraits. « On fait avec, commente une maman. D’une, il n’y a pas le choix. De deux, c’est aussi pour protéger les élèves et nos aînés. Nous en avons parlé ce week-end avec nos enfants, ils étaient d’accord. »

Ainsi, le nouveau protocole sanitaire appliqué dans toutes les écoles de France est assez strict :
– port du masque dès 6 ans, dans les espaces clos comme à l’extérieur ;
– les mains doivent être lavées à l’arrivée à l’école, avant et après chaque repas, avant et après les récréations, après être allé aux toilettes, le soir avant de rentrer chez soi ou dès l’arrivée au domicile ;
– le brassage entre élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau) doit être limité ;
– les locaux doivent être aérés au moins toutes les deux heures, pendant au minimum quinze minutes.

Une minute de silence

De fait, cette rentrée a aussi été marquée par l’hommage rendu nationalement à Samuel Paty, cet enseignant assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. La « Lettre aux instituteurs et institutrices » de Jean Jaurès a ainsi été lue par les directeurs ou par les enseignants, dans les écoles élémentaires, les collèges et les lycées. À 11 heures, une minute de silence a été respectée, dans les salles de classe ou dans les cours des établissements. Un temps pédagogique, revenant sur les questions de laïcité et sur le rôle de l’enseignement, devra également être proposé, et ce avant la fin du mois de novembre.

À l’école primaire Jean-Moulin, la minute de silence s’est déroulée, pour les classes de CM2, dans la cour de l’établissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *