Nordine Kari, Vénissieux Football Club :
“On paie nos erreurs répétées”

L’équipe fanion de VFC (en rouge) en ra été éliminée par le FC Domtac en coupe du Rhône, le 22 décembre

Manager général du club de foot vénissian, Nordine Kari dresse un bilan à mi-saison sans concession, tout en visant le National 3 à moyen terme.

Principaux classements des équipes de Vénissieux FC
– Seniors 1 : 5e en Régionale 2, à 13 points de Valence, le leader
– Seniors 2 : 9e en Départementale 1, à 14 points de Valence, le leader
– Seniors 3 : 9e en Départementale 2, avec un match de retard, à 7 points de Givors, le leader
– Les jeunes U19 : 10e en Régionale 1, à 17 points de Grenoble, le leader
– Les jeunes U17 : 9e en Régionale 1, à 13 points de Bourg, le leader
– Les jeunes U15 : 10e en Élite, à 19 points de Lyon, le leader
– Les seniors de Futsal : 9e en Division 2, à 23 points de Kingersheim, le leader
– Les seniors féminines : 4e en U18, à 9 points d’Irigny, le leader
– Les jeunes féminines : 5e de Départementale 1 en U15, à 12 points de Saint-Priest, le leader

Quel bilan sportif dressez-vous à mi-saison pour vos différentes équipes ?
Il est largement négatif, ne nous le cachons pas. Les objectifs souhaités ne sont pas atteints, loin de là. Des U15 aux seniors, seules les seniors 3, les U19 2 et U19 3 sont en mesure d’accéder à la division supérieure. Concernant l’équipe fanion qui évolue en Régional 2, c’est l’échec total, elle est à plus de douze points de Valence. C’est pourtant sur cette équipe que nous fondions nos plus grands espoirs d’accession. Idem pour l’équipe de futsal qui joue en division 2, qui va avoir du mal à assurer son maintien.

Comment expliquer la mauvaise passe des deux vitrines du nouveau club, le VFC ?
Sur le papier, on était favoris pour jouer les premiers rôles, avec une belle équipe de niveau R2. Depuis trois ans, on fait tout pour que cette équipe accède en Régional 1. L’an passé, on rate la dernière marche en nous inclinant lors du dernier match. Les raisons sont sans doute multiples : objectifs trop élevés, suffisance, certains ont joué dans un certain confort… Mais je suis le premier responsable puisque j’ai pris part au recrutement.

Aucune chance d’accéder à la Régionale 1 ?
Mathématiquement si. On reçoit le leader fin mars, mais avant, on a deux matches à bien négocier, à gagner absolument. Dans le cas contraire, si on lâche des points avant la réception de Valence, c’est fini. Par ailleurs, il nous faudra réussir une deuxième partie de championnat sans faute pour y parvenir. C’est loin d’être gagné. Pour l’équipe de futsal, c’est le même scénario, gagner pas mal de matches pour espérer le maintien.

La fusion entre l’USV et l’AS Minguettes a-t-elle pesé sur vos objectifs ?
Certainement pas. Le courant entre Jean-Pierre Chaix, le président, et Mehdi Gana, ou moi, issus de l’ASM, est bien passé, les discussions sont constructives. On aborde un nouveau cycle, avec des personnes nouvelles qui doivent s’adapter…

Vénissieux FC n’a-t-il pas perdu les valeurs de combativité, l’amour du maillot, l’ADN du club ?
Peut-être en partie, mais ce n’est pas propre à Vénissieux.

L’absence ou les départs de joueurs, de coaches et d’éducateurs, qui portaient haut et fort ces valeurs est-il préjudiciable ?
Là encore, en partie. Vous avez beau afficher ces valeurs sur le terrain, il arrive un moment où il faut y ajouter les compétences. Difficile d’avoir les deux, des gens du cru et des gens compétents.

En 2013, l’ASM avait atteint les 8e de finale de la coupe de France. Pourquoi le club n’a-t-il pas profité de cet élan ?
Le problème date d’avant 2013. Alors que nous étions en CFA 2, puis en CFA avec des coaches de grande valeur comme Farouk Naggache, on aurait dû insister sur la relève, la formation. Mais cela n’a pas été fait.

Quand on voit le talent de Karim Mokeddem qui s’affiche avec Lyon Duchère, ne fallait-il pas créer autour de lui lorsqu’il dirigeait l’ASM ?
Je n’étais pas contre, mais d’autres choix ont été faits.

Au vu des résultats, vous n’avez pas songé quitter votre poste pour vous consacrer davantage au terrain ?
J’y ai pensé. C’est pour cette raison que parallèlement à ma mission de manager, j’entraîne une équipe des U12. À terme, j’ai envie de réussir un challenge personnel, faire accéder les U19 au niveau national. Quand l’équipe fanion retrouvera la N3 ?

Nordine Kari

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *