Théâtre de Vénissieux : découvrez la saison 2017-2018

Le 2 février, le rappeur Kery James viendra poser la question « L’État est-il responsable de la situation dans les banlieues ? » L’un des temps forts de la saison. Photo (c) NATHADREAD PICTURES

Tout commence toujours par une histoire. Il était une fois un enfant ou une princesse ou un pauvre pêcheur, etc. Françoise Pouzache le sait bien, elle qui dirige La Machinerie, regroupement du Théâtre de Vénissieux et de l’équipement Bizarre ! Pour la présentation de saison 2017-2018 du théâtre, ce 22 juin, elle a assuré que sa nouvelle programmation serait un ensemble d’histoires, « pour se raconter le monde, se l’approprier, le partager ».

Il sera une fois, donc. Et même plusieurs fois.

Au fur et à mesure que la directrice décline sa saison, on se rend bien compte que beaucoup de spectacles, plus encore que l’an dernier, s’adressent au jeune public. Avec des clowns, une adaptation de Jack London, un troll, du jonglage et de la magie, le Turak, du chocolat, du cirque, des histoires de canards et de bêtes, un p’tit bonhomme de papier et une vache volante, les gamins seront servis.

Si les adultes ne seront pas perdants en allant profiter de ces spectacles, ils auront quant à eux plusieurs soirées allant du très joyeux au très politique. C’est d’ailleurs le très joyeux qui ouvrira la saison avec Emma la clown, accompagné par Gérard Morel, le 29 septembre. Bon, d’accord, cette soirée qui s’inscrit dans le cadre du Grand Rendez-Vous de la Ville, est autant pour les petits que pour les grands. Emma, on l’avait déjà appréciée à Vénissieux quand elle s’essayait à la psychanalyse. Elle sera ici face au chanteur et compositeur Gérard Morel, également homme de théâtre. Il lui chantera la mélopée d’une voix qui susurre et elle, délaissant les consignes de Brassens, ne lui cherchera pas pour autant des poux dans la tonsure. Ou à peine.

Politique et social

Beaucoup plus politique et social sera « La violence des riches », que la compagnie Vaguement compétitifs présente le 13 octobre. « Le spectacle est adapté des travaux de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, ajoute Françoise Pouzache. Les deux sociologues nous feront le plaisir d’être là, à la « Petite histoire » qui précèdera le spectacle puis, à l’issue de la représentation, en bord de scène. » La semaine suivante, Sanja Mitrovic et Vladimir Aleksic viendront nous affirmer : « Je n’ai pas honte de mon passé communiste ».
« Nous accueillons tous les deux ans des spectacles du festival Sens interdits, qui se tient aux Célestins. Sanja et Vladimir reviennent sur l’ancienne république socialiste de Yougoslavie. Ils utilisent beaucoup d’extraits de films yougoslaves. La pièce sera parlée en serbe et sous-titrée en français. »

Le 2 février, le rappeur Kery James viendra poser la question « L’État est-il responsable de la situation dans les banlieues ? » Avec « À vif », Kery propose un dialogue théâtral entre les nantis et ceux qui sont mis de côté sous la forme d’une plaidoirie. Deux avocats prêcheront chacun leurs convictions : la responsabilité du malaise incombe à l’État pour l’un, aux citoyens pour l’autre.

Musique et danse seront bien évidemment de la partie. Pour la première, retenons le 6 octobre le chanteur engagé Cyril Mokaiesh, le 9 mars la multi-instrumentiste Lior Shoov et le groupe Mon Côté Punk et, le 23 mars, « L’histoire vraie d’un punk converti à Trénet » avec Zoon Besse. Pour la seconde, le chorégraphe Anthony Égéa et le danseur et musicien Franck II Louise reprennent un ballet imaginé par Roland Petit en l’immergeant dans le hip-hop avec « Les forains » (24 novembre). En février, le collectif Ès va convier les spectateurs à un grand bal (« I Wanna Dance with Somebody ») d’une durée de trois heures. Pour lequel théâtre et collectif sont à la recherche d’ambassadeurs qui apprendront en amont des pas de danse pour, le soir, entraîner les participants. En avril, coup sur coup « Les nuits barbares » et « Flying Cow » assureront la relève. Enfin, la saison s’achèvera en mai sur les « Tendances urbaines », une soirée proposée conjointement par le théâtre et Bizarre ! et où tous les arts de la scène se retrouveront.

 

À l’affiche

29 septembre, 20 heures : Emma la clown & Gérard Morel
4 octobre, 15 heures : « L’appel de la forêt », Ensemble Tactus
6 octobre, 20h30 : Cyril Mokaiesh, chanson
13 octobre, 20 heures : « La violence des riches », Cie Vaguement compétitifs
20 et 21 octobre, 20 heures : « Je n’ai pas honte de mon passé communiste », festival Sens interdits
12 novembre, 15 heures : « Mon prof est un troll », Théâtre Exalté
17 novembre, 20 heures : « Déluge », Cie Sans gravité
24 novembre, 20 heures : « Les forains », Cie Rêvolution
1er décembre, 20 heures : « Une Carmen en Turakie », Turak Théâtre
10 décembre, 15 heures : « Papa est en bas », Cie La clinquaille
15 décembre, 20 heures : « Driftwood », Casus Circus
19 janvier, 20 heures : « La migration des canards », Les Veilleurs
26 janvier, 20 heures : « Contre les bêtes », Les Veilleurs
2 février, 20 heures : « À vif », Kerry James
9 février, 20 heures : « I Wanna Dance with Somebody », Collectif Ès
2 mars, 20 heures : « Ding Dong », Momus Group
9 mars, 20 heures : Lior Shoov & Mon Côté Punk
18 mars, 15 heures et 16h30 : « P’tit papier », Cie Graine de malice
23 mars, 20 heures : « L’histoire vraie d’un punk converti à Trénet », Cie Coup de poker
6 avril, 20 heures : « Les nuits barbares », Cie Hervé Koubi
25 avril, 15 heures : « Flying Cow », Cie De Stilte
27 avril, 20 heures : « Triiio », clowns
4 mai, 20 heures : « Tendances urbaines », compagnies émergentes (soirée Théâtre et Bizarre !)

 

PRATIQUE

Théâtre de Vénissieux
8, boulevard Laurent-Gérin
Tél. : 04 72 90 86 68.
www.theatre-venissieux.fr
Tarifs : de 8 à 19 euros.
En après-midi : tarif unique de 8 euros.
Bal : tarif unique de 5 euros.
Tarifs spéciaux pour le festival Sens interdits et tarifs duo pour les spectacles des Veilleurs.
Abonnement : libre à partir de trois spectacles, avec des tarifs de 5 à 12 euros par spectacle selon les séances choisies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *