À Vénissy, le commerce refleurit

C’est l’un des chantiers emblématiques de la ville. Lancée en 2005, la Zone d’aménagement concertée (ZAC) de Vénissy devient progressivement le poumon du plateau des Minguettes. Plusieurs nouveaux commerces ouvriront avant l’été.

“À l’époque de l’ancienne galerie marchande, nous avions un certain nombre de commerces, mais leur qualité s’est dégradée au fil du temps, rappelle Idir Boumertit, adjoint au Grand projet de Ville (GPV), à l’insertion et à la formation. Aujourd’hui, l’idée de cette ZAC, c’est de s’assurer, en collaboration avec la SERL (*), que les commerces aient les reins solides, qu’ils portent une offre de qualité, et qu’ils prennent en compte le pouvoir d’achat des habitants et la typologie du secteur.”

Yazid Ikdoumi, directeur de mission au GPV, ajoute que l’offre de logement à l’échelle de la ZAC a été conçue pour accueillir autant de locataires que de propriétaires. Ces derniers bénéficiant d’une accession “abordable et sécurisée à la propriété”. L’objectif étant de renforcer la mixité sociale.

8 500 m2 de surfaces commerciales à terme
L’îlot A a été livré au printemps 2014. Le bâtiment, situé le long de l’avenue Jean-Cagne, comprend 71  logements locatifs sociaux gérés par le bailleur Lyon Métropole Habitat, et 16 autres en accession à la propriété. Au rez-de-chaussée, ses 3 000 m2 de surface commerciale ont vu l’arrivée du supermarché Casino et de son parking de 90  places, d’un salon de beauté, d’une auto-école et d’une agence de voyages. Avant que, fin octobre dernier, l’espace de coworking “La cocotte” n’ouvre ses portes. Entre-temps, en novembre 2015, le pôle médical et sa petite dizaine de praticiens avaient élu domicile dans un espace de 700 m2.
L’îlot B est en cours de livraison. Situé de l’autre côté de la place centrale, il intègre 50 logements locatifs sociaux (bailleur 3F), 20 autres en locatif intermédiaire (bailleur privé SNI), et une trentaine en accession à la propriété dont 25 ont déjà été vendus. Un opticien-audioprothésiste vient de s’installer en février, mais d’autres enseignes ne tarderont pas à emménager. Est déjà actée l’ouverture, avant l’été, d’une boulangerie-pâtisserie, d’un prestataire proposant des services liés aux cartes grises, immatriculations et signalétiques, d’un laboratoire d’analyses médicales et d’un bureau de tabac. Pour le second semestre 2017, plusieurs dossiers sont à l’étude : un cabinet dentaire, une boutique de vente de produits médicaux, un cabinet kinésithérapeute, et une boucherie.

Des recherches sont également en cours pour l’ouverture d’une épicerie ou d’un commerce de produits électroménagers, d’une brasserie et d’une banque, ces deux derniers points étant particulièrement sensibles. “En ce qui concerne la brasserie, nous n’avons pas encore de piste. Nous voulons un commerce de qualité et accessible à tous, précise Idir Boumertit. Pour ce qui est de la banque, nous avons le souci de permettre aux habitants d’avoir accès à leur argent malgré le départ de la Caisse d’Épargne l’été dernier.” En tout, 1 850 m2 seront affectés aux commerces dans cet îlot.

Fin des travaux à l’horizon 2020
Une fois ces dossiers menés à terme, le quartier n’aura pas terminé sa mue. Il faudra attendre la livraison des futurs îlots C et D, pour voir le visage définitif de Venissy. “Le lancement de la consultation des promoteurs et architectes pour l’îlot C aura lieu dans les prochaines semaines, pour une livraison sans doute fin 2020”, indique Nicolas Canivet, responsable du projet de la ZAC de Vénissy à la SERL. Ce nouvel ensemble comprendra 40 à 50 logements locatifs sociaux et 40 à 50 logements privés, en accession à la propriété et/ou en locatif libre. 1 200 m2 seront en outre réservés pour les commerces en rez-de-chaussée. Quant à l’îlot D, il pourrait être livré courant 2019 selon Idir Boumertit, et sera composé de 24 logements locatifs intermédiaires (Foncière Logement), tout en bénéficiant de 1 300 m2 de locaux pour l’activité économique.

Si l’on sait désormais que les locaux de l’ancien supermarché Dia devraient disparaître avant l’été, deux questions restent en suspens. La Ville s’interroge sur le devenir du centre commercial provisoire qui accueille les commerces de l’ancienne galerie marchande (pharmacie, brasserie, distributeurs de billets, boulangerie). D’autre part, le départ l’été dernier du point préfecture a laissé vide une grande partie de la Maison des services publics. La municipalité a donc engagé une réflexion à ce sujet. “Actuellement, la Maison des services publics héberge la mairie annexe, l’antenne de la Métropole, ainsi que les délégués du gouvernement et du préfet, rappelle Idir Boumertit. Pour les surfaces restantes, nous avons plusieurs pistes. Mais ce qui est certain, c’est que ce lieu apportera un service direct à la population.”

* La réalisation du projet de la ZAC de Vénissy a été confiée à la SERL (Société d’équipement et d’aménagement du Rhône et de Lyon) par le Grand Lyon dans le cadre d’une concession d’aménagement signée en 2008.

 

Repères


1994 : premières réflexions sur la restructuration de la galerie marchande
2005 : création de la ZAC de Vénissy
2010 : mise en place d’un centre commercial provisoire, au pied du château d’eau
2012 : lancement des travaux de l’îlot A. Désamiantage de l’ancienne galerie marchande et début de sa démolition
2013 : fin de la démolition de la galerie marchande et de la tour de bureaux. Lancement des travaux d’aménagement de la place centrale et de la rue Albert-Camus.
2014 : livraison de l’îlot A
2015 : lancement des travaux de l’îlot B
2017 : fin de la livraison de l’îlot B
2019 : livraison prévue de l’îlot D
2020 : livraison prévue de l’îlot C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *