Michèle Picard : « 2017 va booster Vénissieux »

Chaque année, lors de la cérémonie des vœux du maire aux associations et aux personnalités, on peut entendre à la volée ce genre de réflexions : « J’ai l’impression qu’il y a plus de monde que d’habitude ». Et c’est vrai que le 20 janvier dernier, la grande salle Joliot-Curie paraissait presque exiguë.

« L’année 2017 sera animée, marquée d’événements qui vont ouvrir l’horizon de Vénissieux et booster notre ville, a lancé Michèle Picard. Et je sais que chacun d’entre vous y mettra la même passion, y consacrera toute son énergie. »

Tout en haut de cette liste d’événements, le maire a placé le Grand Rendez-Vous de la Ville, qui aura lieu à l’automne prochain. « Tous les grands enjeux de la ville d’aujourd’hui et de demain seront présentés, enrichis, débattus. »

Et entre tous ces enjeux, le lancement de l’aménagement du Puisoz, qualifié de « véritable locomotive pour les dix prochaines années », tiendra, évidemment, une place prépondérante. « Il y aura des opportunités d’emploi, d’insertion, de formation, que les jeunes vénissians saisiront », a annoncé Michèle Picard. Avant de saluer les forces économiques, « dont l’investissement dans nos territoires est bien souvent exemplaire, et qui mériteraient une autre politique nationale, autrement plus ambitieuse en termes de réindustrialisation et de création d’emplois. »

Symbole de cet engagement des entreprises dans la dynamique locale, la charte de coopération qui lie la Ville aux entreprises va s’enrichir pour atteindre une centaine de signataires. Parmi eux, le groupe Carso, qui emploie déjà plus de 800 personnes sur son site des Minguettes, inauguré en 2015, et qui s’apprête à construire une extension.

Si 2017 s’annonce comme un cru exceptionnel pour le développement économique, elle sera aussi marquée par la poursuite du développement immobilier, avec notamment la livraison, en mars prochain, d’un petit programme symboliquement grand : les 22 maisons individuelles de la Glunière, destinées à des familles sédentarisées des Gens du voyage. « C’est une réponse solidaire et digne, à l’heure où les discours de rejet de l’autre se banalisent », a souligné le maire.

Dans son discours, Michèle Picard a également adressé un hommage appuyé aux services publics, qui « ne sont pas un coût mais un investissement », et aux fonctionnaires, qui « ne sont pas le problème mais font partie de la solution de sortie de crise ». En opposition frontale « à ceux qui, irresponsables, promettent la suppression de 500 000 postes dans les cinq prochaines années ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *