Balade fraîcheur en Isère

DSC04855

Cette balade aux confins du département de l’Isère, entre Grenoble et Valence, nous plonge d’abord au coeur de la plus importante zone de production de noix en France. Des deux côtés de l’autoroute, les plantations défilent sans discontinuer. Où l’on réalise que la fameuse noix de Grenoble se cultive bien au-delà de l’ancienne capitale du Dauphiné, jusque dans la Drôme.
C’est ici, à la lisière des deux départements, que commence le pays du Royans, traversé par la rivière Isère. Autrefois impétueuse, l’Isère a été domestiquée par la construction de barrages hydroélectriques sans écluse. Les téméraires bateliers qui assuraient le transport de marchandises entre les Alpes et le Rhône ont disparu au XIXe siècle. En perdant sa fonction de voie commerciale, la rivière s’est assagie, élargie. Elle offre l’aspect d’un vaste lac. Aucune embarcation n’en trouble plus la tranquillité.

Le seul bateau qui navigue dans cette basse vallée de l’Isère est le « Royans-Vercors », un navire à roue genre Mississippi, qui transporte les touristes entre Saint-Nazaire-en-Royans et le village de La Sône. Le but de la croisière est la visite du surprenant Jardin des fontaines pétrifiantes. Pour y arriver, on glisse tranquillement sur l’Isère pendant une heure. Sans être d’une beauté exceptionnelle, le paysage est agréable. Les rives offrent une succession de forêts denses, de champs de noyers, de cerisiers et de zones marécageuses où se sont développées des roselières. Un écosystème qui attire de nombreux oiseaux : hérons cendrés, aigrettes, canards cols verts… On y croise aussi quelques ragondins et autres amateurs de sports nautiques, en particulier des adeptes de l’aviron.

Un don de la nature

Les commentaires du guide sont toujours intéressants. À l’approche de La Sône, on apprend que toutes les constructions — de l’église romane du XIIe siècle aux bâtiments récents en passant par les piles des ponts — sont faites en tuf, une roche calcaire de couleur jaune paille extrêmement rare. Les moines au Moyen-Âge avaient été les premiers à déceler ses qualités : facile à tailler, légère, robuste, isolante. Un don de la nature acheminé par les innombrables sources souterraines qui débouchent sur La Sône, en provenance du plateau de Chambarans. Des eaux si riches en calcaire (dix fois plus qu’une eau minérale) qu’elles assurent au tuf une croissance de 5 à 10 centimètres par an !

Ce sont ces mêmes eaux qui font la particularité du Jardin des fontaines pétrifiantes, auquel on accède après quelques marches depuis les rives de l’Isère. Ici la fraîcheur règne. Sur 8000 m2, les sources créent un foisonnement végétal (800 espèces de fleurs, d’arbres et d’arbustes du monde entier), mais surtout minéral. Le phénomène de calcification fait du premier obstacle rencontré une sculpture naturelle. En particulier sur les mousses qui sont recouvertes à la base mais continuent de pousser, et finissent par former des concrétions en terrasses de toute beauté.

Une ancienne décharge

Et dire qu’il y a vingt ans ce site n’était qu’une vulgaire décharge de matériaux plastiques ! La société du bateau à roue l’a racheté, avant d’en confier l’aménagement à un architecte et un jardinier. Deux ans et demi de travaux ont été nécessaires. Chaque courbe, chaque relief a été pensé, dessiné, structuré. De nombreux coins détente perchés sur des estrades en bois permettent de goûter pleinement le spectacle. Au total, 18 000 plantes, arbres et arbustes ont été mis en terre. Les sources calcaires ont fait le reste. La visite est d’autant plus intéressante qu’elle est ponctuée de clins d’œil artistiques et d’animations, notamment un parcours des senteurs où petits et grands s’essaient avec la même joie à tester leur odorat.
Une bonne heure suffit pour explorer le jardin. Un restaurant attenant permet de varier les plaisirs, avec une cuisine sans prétention mais généreuse qui fait la part belle aux spécialités locales : ravioles, tarte aux noix…

Pour regagner Saint-Nazaire-en-Royans, trois options : une nouvelle croisière, une randonnée pédestre d’environ 3 heures sur les berges de l’Isère, ou un retour à vélo (à condition d’avoir transporté votre propre bicyclette à l’aller). À destination, troisième attraction de la journée : la grotte de Thaïs, située au cœur même du village, qui comporte plusieurs zones d’habitat préhistorique. Redécouverte en 1957, elle n’a pas livré tous ses secrets. L’exploration est toujours en cours. La zone ouverte est néanmoins importante : il faut compter là aussi une heure pour en faire le tour. Hormis les traces d’occupation humaine qui remontent à la fin du dernier âge glaciaire, tout l’intérêt de cette visite réside dans la coloration rouge très prononcée de la roche. Une belle façon de conclure cette escapade iséroise qui contentera les enfants comme les parents.

Comment y aller

On peut se rendre à Saint-Nazaire-en-Royans via Romans en empruntant l’A 7, mais il est préférable de choisir la voie de l’est en prenant successivement les autoroutes A 43, A 48 et A 49. Quitter l’A 49 à la sortie n°9, puis traverser Saint-Romans et Saint-Just-de-Claix. Compter environ 1h20′ pour arriver à destination. L’embarcadère du bateau à roue, en contrebas du village, est facile à trouver. Et le stationnement aisé.

Horaires

Ouvert tous les jours durant la période estivale. Le mieux est de prendre le premier bateau, à 10h30 (10 heures en saison haute, du 26 juillet au 23 août). Cela vous donnera le temps de visiter tranquillement le Jardin des fontaines pétrifiantes à La Sône, de pique-niquer ou de déjeuner à l’espace restauration, puis de revenir sur vos pas, en bateau, à pied ou à vélo (au choix), pour finir par la visite de la grotte de Thaïs. Les retours en bateau depuis La Sône ont lieu à 15 heures ou 17 heures.

Tarifs

De multiples formules tarifaires sont proposées : pour les groupes, les scolaires, les familles… En individuel adulte, le forfait croisière + jardin + grotte s’élève à 26 euros, et le forfait croisière + jardin à 20 euros. Pour les enfants de 3 à 14 ans, ces tarifs passent respectivement à 15,60 euros et 11,30 euros.

Plus de renseignements

Tél. : 04 76 64 43 42
web : jardin-des-fontaines.com
mail : jardin-fontaines@wanadoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *