Charte de coopération : Ville et entreprises main dans la main

Charte coop. entreprises-ville © Y.Ricard

“Un geste fort.” C’est ainsi que le maire, Michèle Picard, a qualifié la signature, ce vendredi, à l’hôtel de ville, de la charte de coopération entre la ville et vingt-cinq entreprises vénissianes. “Je ne crois pas l’expression “geste fort” exagérée, observait Michèle Picard, car je connais les difficultés rencontrées par les salariés et les entreprises, dans ce contexte de crise et de casse de l’emploi industriel. C’est bien une marque de confiance que vous nous accordez, à l’égard des jeunes Vénissians, à l’égard de tous nos territoires, à l’égard des savoir-faire, à l’égard du développement et de l’essor de notre ville.”
Parmi les signataires, on retrouve tous les grands noms du tissu économique vénissian (Renault Trucks, Carrefour, Aldes, Bosch, Serfim…) mais également des sociétés moins connues, à l’image de Charco.net, une agence de communication, ou encore 6e Sens Global Services, jeune entreprise de propreté en plein développement. Ces vingt-cinq entreprises pionnières devraient être rejointes par d’autres dans les années à venir. Un premier bilan sera dressé d’ici à deux ans.

Le premier objectif est de “favoriser la formation, la découverte des métiers et l’apprentissage”. Outre l’accès aux stages, premier pas vers le monde du travail, il s’agit de faciliter les visites d’entreprises, et d’une façon plus générale de multiplier les initiatives pouvant jeter des passerelles entre la jeunesse et les acteurs économiques. “Récemment, Renault Trucks a ouvert ses portes à un groupe de demandeuses d’emploi, et Pizzorno a participé à une réunion d’échanges sur les outils de recherche d’emploi, voilà deux exemples qui pourraient essaimer”, soulignait Djil Ben Mabrouk, adjoint au maire en charge de l’emploi et du développement économique.

L’emploi, mais pas que

Mais la charte de coopération va plus loin. Elle entend faire des entreprises de véritables partenaires, avec une approche transversale et partagée des enjeux communaux. De manière concertée, outre l’accès à l’emploi et la découverte des métiers, plusieurs thématiques de travail ont été retenues, qui couvrent les domaines de l’urbanisme, du cadre de vie et de l’environnement, du logement et de l’habitat, du transport et des déplacements…

Illustration de ce partenariat : la signature de la charte a été précédée d’une visite en bus des grands projets de développement de la commune. Au terme de cette balade urbaine qui a duré plus d’une heure, nombre de chefs d’entreprise reconnaissaient ne pas avoir pleinement mesuré jusqu’alors l’attractivité de Vénissieux et l’ampleur des changements à venir.
“Pour moi qui ai toujours cru aux entreprises comme des acteurs à part entière de la vie d’une commune, l’implication dont vous faites preuve me réjouit, se félicitait le maire. Entre notre ville et vous, il n’y a pas que la dimension économique, voire le simple échange de services, il y a aussi la dimension civique, citoyenne.”

Lors de la cérémonie de signature, dans la salle du conseil municipal, l’adjoint délégué à l’emploi a lancé un appel aux acteurs économiques : “Je voudrais souligner que notre ville compte plus de 16 % de demandeurs d’emploi de niveau bac +2 et plus. L’enjeu est que ces jeunes-là trouvent du travail et deviennent des exemples, des locomotives de notre ville.”
Et Michèle Picard d’ajouter : “Le chômage des jeunes n’est pas acceptable. En France ils sont près de 25 % sans emploi, et dans les quartiers populaires, comme ici à Vénissieux, le taux monte jusqu’à 40 %. On ne peut pas s’habituer à de tels chiffres, on ne peut pas les justifier ou se cacher face à cette réalité (…). À Vénissieux, nous avons décidé d’agir, à notre échelle et avec nos moyens. Bien sûr, on ne peut pas se substituer à la loi, à l’État, mais le levier de l’économie de proximité doit être utilisé, sous toutes ses formes. Cette charte en est une illustration.

Les vingt-cinq entreprises signataires

– 6e Sens Global Services (propreté – 14 salariés)
– Aldes (industrie – 1300 salariés)
– Baret (industrie – 49 salariés)
– Capsa (industrie – 15 salariés)
– Carso (industrie – 600 salariés)
– Carbone Savoie (industrie – 120 salariés)
– Carrefour (commerce – 620 salariés)
– Centr’alp (industrie – 200 salariés)
– Descours et Cabaud (négoce en BTP – 280 salariés)
– Iveco bus (transport – 350 salariés)
– Pizzorno (propreté – 250 salariés)
– Serfim (BTP – 900 salariés)
– Renault Trucks (industrie – 2100 salariés)
– Plomberie de l’Arsenal (BTP – 30 salariés)
– Savoie réfractaires (industrie – – 140 salariés)
– Cardom (propreté – 35 salariés)
– Casino (commerce – 50 salariés)
– Loxam (négoce en BTP – 10 salariés)
– Spie sud-est (énergie – 300 salariés)
– ERDF (énergie – 75 salariés)
– Charco.net (communication – 5 salariés)
– Groupe Vulcain (automobile – 450 salariés)
– Bosch (industrie – 750 salariés sur l’ensemble du site)
– SPB sécurité (sécurité 100 salariés)
– Lorge (communication – moins de 10 salariés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *