Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Mars, “mois décisif” pour Bosch

On le sait, Sillia, qui a repris les activités photovoltaïques de Bosch, ne va pas fort. Les 128 emplois sauvés l’an dernier sont menacés. Mais le reste des activités du groupe allemand à Vénissieux est également en danger. Les « Éléments diesel » pourraient bientôt fermer. La CGT craint « la fin du site ».

Bosch-20-mai-515

Cela fait des années (ci-dessus en 2014) que la CGT dénonce l’abandon progressif du site de Vénissieux

 

D’ici à la fin du mois de mars, la direction du groupe Bosch va décider de l’avenir du site de Vénissieux, où sont produits des éléments de pompes à injection diesel. C’est ce qu’annonce le syndicat CGT, qui a décidé de lancer une alerte.

“Nous produisons des éléments pour des pompes à injection répondant à la norme Euro3, explique Kamel Ahamada, délégué syndical. Mais aujourd’hui, la norme en vigueur est l’Euro7 ! Notre production ne sert donc que pour des moteurs montés en Russie ou en Asie. Et on perd régulièrement de la charge de travail.” Le risque pour le site de Vénissieux étant que la direction décide de transférer cette fabrication à Curitiba, au Brésil.

Actuellement, un peu plus de 300 personnes travaillent  encore à Vénissieux pour le groupe allemand. Dont 122 sont en préretraite. Et à peine une cinquantaine sur les ateliers diesel. “Il y a quinze ans, nous étions plus de 1000, ici. Notre production est en train de mourir. Il faut que quelque chose soit fait, et vite. Nous avons des commandes jusqu’à décembre 2015, mais après ? Si la direction décide d’un nouveau plan social, c’est la fin du site.”

Selon le syndicat, la solution pourrait consister en l’arrivée sur le site d’une nouvelle production. “Dans l’usine de Rodez, 200 salariés travaillent à la fabrication de bougies diesel, détaille Kamel Ahamada. Nous pourrions travailler en complémentarité avec eux. Ils ont besoin de pièces qui viennent d’Allemagne, mais qu’ils ont du mal à recevoir parce que l’usine qui les fournit reçoit trop de demandes. Cela pourrait être notre rôle. Nous avons les capacités pour, et des équipes très motivées.”

Un expert travaille actuellement sur la faisabilité de cette opération. Il devrait rendre ses conclusions d’ici à la fin du mois, idéalement avant la visite sur le site de la direction du groupe allemand. “Bosch a les moyens de conserver son site de Vénissieux, estime un salarié de l’usine : en 2014, ils ont fait 49,8 milliards de chiffre d’affaires…”

2 Commentaires

2 Comments

  1. Gilles Lulla

    12 mars 2015 à 10 h 50 min

    Juste une précision : le papier a été écrit par Grégory Moris et mis en ligne par mes soins… Mais peu importe, nous prenons ce remerciement de façon collective. Nous nous efforçons, en effet, et depuis toujours, de suivre au plus près les questions touchant aux emplois industriels.

  2. David

    12 mars 2015 à 9 h 50 min

    Merci Mr Lulla de suivre les infos de bosch dont on parle pas assez. La politique de bosch est scandaleuse à venissieux on meurt à petit feu.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Le maire et son adjoint à la sécurité publient régulièrement les chiffres de l’activité de la police municipale. Voici les résultats du quatrième trimestre...

Actus

En conseil municipal, la Ville de Vénissieux a décidé de mettre en place un fonds de soutien aux associations impactées par la crise énergétique.

Actus

Depuis 2008, l’entreprise RecycLivre collecte gratuitement des ouvrages chez les particuliers pour les revendre ensuite sur leur site internet.

Actus

Confronté à une baisse sans précédent des aides publiques au logement, le bailleur social vénissian doit trouver de nouvelles ressources pour poursuivre sa mission.

Actus

Le conseil municipal s’est attelé à décortiquer le rapport de la Chambre régionale des comptes, qui a étudié les exercices 2014 à 2021.