Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Au collège Elsa-Triolet : une classe de 6e bilangue anglais-arabe

C’est une première à Vénissieux. En cette année 2010-2011, 23 élèves de 6e du collège Elsa-Triolet ont intégré une classe bilangue anglais/arabe. “Depuis mon arrivée à la tête de l’établissement, cette création me tenait à cœur, explique M. Grand, le principal. Avec l’allemand, l’espagnol, l’italien, l’anglais et maintenant l’arabe, nous proposons un véritable pôle langue. Sans oublier le latin et le grec enseignés dans le cadre de l’accompagnement scolaire.”
Les élèves de CM2 ont été choisis sur leur motivation. “Cette option ne cible pas spécifiquement ceux dont les parents sont issus de l’immigration depuis l’Afrique du Nord ou le Proche-Orient. Il s’adresse à tout élève désireux de connaître cette langue souvent méconnue dans son niveau moderne et littéraire.
L’enseignement s’inscrit dans les programmes classiques de l’Éducation nationale, rappelle de son côté Nathalie Imbert, le professeur. Il s’agit d’apprendre la langue dans un cadre institutionnel laïque. Quatre heures par semaine, nous travaillons l’arabe littéraire commun aux pays du monde arabe. Les dialectes nationaux, reflet de la diversité de ces pays, sont appréhendés à l’oral. Après quelques années de pratique, mes élèves devraient maîtriser la langue tant à l’oral qu’à l’écrit.”
L’enseignante s’est fixé d’autres objectifs. Outre le plan culturel (“Je trouve intéressant de faire découvrir et apprécier une culture vaste et riche qui englobe 22 pays et 500 millions d’arabophones, dit-elle), cet enseignement peut devenir un vrai avantage professionnel : “Il s’agit d’ouvrir des perspectives aux élèves en lien avec le développement économique des pays arabes d’Afrique du Nord très liés à la France sur le plan des échanges commerciaux, mais aussi avec le Proche-Orient et les pays du Golfe. Ces pays émergents, voire riche pour certains, sont des marchés en pleine expansion qui rendront nécessaire la maîtrise de cette langue pour nos entreprises françaises, en compétition avec bien d’autres.”

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également