Distribution de la presse : l’horizon s’éclaircit pour les ex-SAD

Le projet de Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) porté par les ex-salariés de la SAD reprend du crédit. Les Messageries lyonnaises de presse (MLP), partenaire privé indispensable à la viabilité du projet, ont en effet décidé, après avoir longtemps tergiversé, d’entrer au capital de la future coopérative. Elles le feront à hauteur de 4 %, et non de 5 % comme cela était envisagé à l’origine.

« Le pourcentage, ce n’est pas le plus important, juge Guillaume Dumoulin, délégué syndical CGT et cheville ouvrière du combat engagé par les salariés pour le maintien de la distribution de la presse dans la région. L’entrée au capital des MLP envoie un signal fort aux autres partenaires sollicités. Le moral est à la hausse dans nos rangs. C’est une très bonne nouvelle. »

La SAD, dont les locaux sont situés rue Sentuc à Vénissieux, dans le parc d’activités République, a été liquidée en mai dernier suite au redressement de sa maison-mère, Presstalis. Les journaux nationaux sont restés absents des kiosques durant six semaines, en pleine période électorale des municipales. La distribution n’aurait jamais redémarré si les salariés n’avaient pris l’initiative de créer eux-mêmes une régie provisoire, avec l’ambition de monter une SCIC dans la foulée, sauvant au passage une quarantaine d’emplois. Mais depuis, leur projet peinait à prendre corps, dans l’attente d’un engament ferme des partenaires sollicités, qu’ils soient publics (Métropole et Région) ou privé (MLP).

« La décision des MLP de nous rejoindre change la donne, ajoute Guillaume Dumoulin. La préfecture s’est engagée à intervenir auprès du propriétaire pour qu’il prolonge à nouveau le bail d’occupation de nos locaux, que nous devions quitter au plus tard le 24 octobre. Et puis ce mercredi (ndlr, le 14 octobre), nous avons une réunion avec les services de la Métropole de Lyon. »

La Métropole où, le 5 octobre dernier, le groupe communiste et républicain, qui compte plusieurs élus vénissians, est intervenu en séance publique pour attirer l’attention du président Bruno Bernard sur la nécessité de soutenir le projet de SCIC. Cette intervention faisait suite à un vœu de soutien aux ex-salariés de la SAD, adopté à l’unanimité quelques jours plus tôt par le conseil municipal de Vénissieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *