Tramway T6 : 2018 sera une grosse année de chantier

La partie vénissiane du chantier du T6 aura beaucoup avancé d’ici à la fin de l’année. Les perturbations seront à la hauteur de l’importance des travaux. Depuis le 15 janvier, une partie de l’avenue de Pressensé est à sens unique.

S’il ne fait que contourner le nord du territoire communal, le trajet du futur tram T6 n’en concerne pas moins Vénissieux. Pour aller de Gerland aux Hôpitaux-Est (6,7 km au total), les rames passeront par la place du Moulin-à-Vent, emprunteront la rue Henri-Barbusse, tourneront à droite sur l’avenue Francis-de-Pressensé, avant de prendre à gauche la rue du Professeur Beauvisage, puis de filer sur Mermoz et le boulevard Pinel. Sur 14 stations, trois seront donc situées à proximité immédiate de Vénissieux (“Moulin-à-Vent, “Petite Guille” et “Beauvisage-Pressensé”).

Les Vénissians étaient du reste nombreux, le 10 janvier dernier, à assister à la réunion publique d’information organisée en mairie du 8e. Réunion à laquelle participaient également Michèle Picard, ses homologues des 7e et 8e arrondissements de Lyon, Myriam Picot et Christian Coulon, ainsi que la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda.

Face à quelque 150 riverains inquiets des perturbations liées aux travaux, notamment les commerçants qui pointent une chute de leur chiffre d’affaires, élus et techniciens se sont voulus rassurants. Christian Coulon, maire du 8e — arrondissement qui sera très impacté par le chantier — a néanmoins joué la carte de la franchise : “L’année 2018 sera difficile”.

Pour ce qui concerne plus particulièrement Vénissieux, l’année a commencé par la mise en sens unique (en direction de Lyon) du bout de l’avenue Francis-de-Pressensé, à partir de la rue Vaillant-Couturier. Cette situation perdurera… jusqu’au printemps 2019. En février, ce sera le tour de la rue du Professeur Beauvisage de ne proposer qu’une voie de circulation (dans le sens est-ouest) pour une durée d’un an ; puis en août de la rue Henri-Barbusse (dans le sens ouest-est) pour un semestre.

Autant dire que les conditions de trafic dans la zone, déjà bien perturbées depuis l’automne 2017, ne risquent pas de s’améliorer.
Passée l’année 2018, il ne restera que quelques mois à endurer. Au printemps 2019, l’essentiel des travaux aura été réalisé. Le second semestre sera consacré aux essais, à la marche à blanc et aux formations, pour une mise en service fin 2019.

Plus d’infos sur le site internet du Sytral