Les Régionales rattrapées par la situation nationale

Capture 08.16.11

C’était déjà vrai avant les attentats de Paris, ça l’est encore plus depuis : les élections régionales devraient se jouer sur des thèmes de politique nationale. À commencer par le thème sécuritaire, même si paradoxalement les régions n’ont aucune compétence en la matière, hormis la sécurité dans les transports.

L’état de choc dans lequel les attentats ont plongé le pays et les mesures sécuritaires et guerrières prises rapidement par le gouvernement auront-ils une influence sur la participation et le choix des électeurs ? L’abstention, qui s’annonçait très forte pour cette élection qui n’a jamais mobilisé les foules — d’autant qu’elle a été décalée en décembre — pourrait reculer par réflexe citoyen. Les derniers sondages semblent indiquer que le FN en tirerait profit, mais ils montrent également que le PS résisterait à la droite mieux que prévu.

Au coude-à-coude

Ainsi en Auvergne/Rhône-Alpes, le président socialiste sortant Jean-Jack Queyranne, son challenger « Les Républicains » Laurent Wauquiez et la tête de liste Front national Christophe Boudot, se tiendraient en quelques points au soir du premier tour. Tandis qu’au second tour, gauche et droite seraient au coude-à-coude. Un scénario encore inespéré il y a quelques semaines pour Jean-Jack Queyranne.

Les six autres listes en présence (lire ci-dessous) rassembleraient toutes moins de 10 % des votes, et seraient donc dans l’incapacité de se maintenir. Mais leurs voix pèseront lourd pour désigner le vainqueur final.

On observera également avec intérêt les résultats à Vénissieux, en particulier la concurrence à laquelle se livrent les listes situées à la gauche du PS : « L’Humain d’abord », qui réunit le PCF et le MRC et compte de nombreux candidats vénissians dans la section métropolitaine ; « Le rassemblement citoyen, écologique et solidaire », union d’EELV, du PG et de diverses autres formations ; sans oublier Lutte Ouvrière qui présente également un fort contingent de candidats vénissians.

Pour mémoire, lors du dernier scrutin régional, en mars 2010, le PS était arrivé en tête à Vénissieux au premier tour (27,9 %), devant le Front de gauche (17,1 %), le FN (15 %), EELV (13,2 %) et l’UMP (12,7 %). Au second tour, Jean-Jack Queyranne avait réalisé à Vénissieux l’un de ses meilleurs scores avec plus de 66 % des voix. Mais le scrutin avait surtout été marqué par une abstention sans précédent, dépassant 60 % au premier comme au second tour.

Neuf listes en présence

Voici les neuf listes qui briguent les suffrages des électeurs d’Auvergne/Rhône-Alpes. Elles sont présentées dans l’ordre du tirage au sort effectué par la préfecture.

• L’UPR (Union populaire républicaine). Tête de liste : Alain Fédèle
• « 100 % citoyen » qui rassemble le parti Nous Citoyens, le Parti libéral démocrate (PLD) et le Parti fédéraliste européen (PFE). Tête de liste : Éric Lafond.
• Liste Front national (FN) présentée par Marine Le Pen. Tête de liste : Christophe Boudot.
• « L’Humain d’abord avec la gauche républicaine et sociale » qui rassemble le Parti communiste français (PCF), République et socialisme (R & S), le Mouvement républicain et citoyen (MRC) et des citoyens engagés. Tête de liste : Cécile Cukierman.
• Lutte ouvrière (« Faire entendre le camp des travailleurs »). Tête de liste : Chantal Gomez.
• « Wauquiez 2015 un nouveau souffle pour notre région », qui rassemble Les républicains (LR), l’Union des démocrates et indépendants (UDI) et le Mouvement démocrate (MoDem). Tête de liste : Laurent Wauquiez.
• « Le rassemblement citoyen, écologique et solidaire », qui réunit Europe Ecologie Les Verts (EELV), le Parti de gauche (PG), Ensemble, Nouvelle donne (ND) et la Nouvelle gauche socialiste (NGS). Tête de liste : Jean-Charles Kohlhaas.
• Debout la France (DLF) avec Nicolas Dupont-Aignan. Tête de liste : Gerbert Rambaud.
• « Nous, c’est la région, avec Jean-Jack Queyranne » qui rassemble le Parti socialiste (PS), le Parti radical de gauche (PRG), le Front démocrate (FD), Génération écologie (GE) et le Mouvement des progressistes (MDP). Tête de liste : Jean-Jack Queyranne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *